Accéder au contenu principal

Au moins 12 morts dans le crash d'un avion de ligne au Kazakhstan

Les secours se pressent autour de l'avion qui s'est érasé près d'Almaty, au Kazakhstan, le 27 décembre 2019.
Les secours se pressent autour de l'avion qui s'est érasé près d'Almaty, au Kazakhstan, le 27 décembre 2019. Reuters

Un avion de ligne avec 100 personnes à bord s'est écrasé peu après son décollage vendredi matin depuis Almaty, au Kazakhstan, faisant au moins 12 morts et de nombreux blessés, ont indiqué les autorités de ce pays d'Asie centrale.

Publicité

Moins de vingt minutes après avoir décollé de l'aéroport d'Almaty au Kazakhstan, un avion de la compagnie locale à bas coût Bek Air, s'est écrasé, vendredi 27 décembre. L'appareil, un Fokker-100, est tombé à 7h22 (1h22 GMT), après son décollage à 7h05 (1h05 GMT).

À son bord se trouvaient 95 passagers et 5 membres d'équipage, selon le gouvernement. Le vol devait relier Almaty, poumon économique et ville la plus peuplée du pays à la capitale Noursoultan (anciennement Astana).

Les autorités de ce pays d'Asie centrale avaient d'abord donné un bilan de 15 morts, revu ensuite à la baisse :  à 12, selon une liste publiée par le Comité des situations d'urgence et confirmé par la municipalité.

Huit personnes, dont le pilote de l'avion Marat Mouratbaïev, sont mortes sur les lieux de l'accident, deux lors de soins après leur transfert à l'aéroport d'Almaty, et deux sont décédées à l'hôpital. Selon le ministère de la Santé, 53 personnes sont hospitalisées, dont neuf enfants. Dix adultes se trouvent dans un état "extrêmement grave".

L'avion est tombé "dans une zone habitée"

L'aéroport d'Almaty sur sa page Facebook a publié la liste des noms d'une soixantaine de survivants et indique continuer de fonctionner normalement. Une enquête pour "infraction aux règles de sécurité et d'exploitation d'un moyen de transport aérien" a aussi été ouverte, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Le gouvernement de l'ex-république soviétique d'Asie centrale a précisé que l'avion de la compagnie Bek Air avait perdu "de l'altitude au décollage et tapé un mur en béton. Il a percuté une structure de deux étages". L'avion est tombé "dans une zone habitée", a précisé le comité des Situations d'urgences, chargé des secours. L'accident a eu lieu près de Kzyl-Tu, une localité situé au nord-est de l'aéroport de l'ancienne capitale kazakhe.

Selon la chaîne de télévision d'État Khabar 24, il n'y avait personne au moment de l'accident dans la maison sur laquelle l'avion s'est écrasé. Des images et une vidéo diffusées par les autorités montrent l'appareil brisé au moins en deux, le nez et une dizaine de hublots visibles sont encastrés dans une maison, largement détruite, avec des débris jonchant le sol.

"Les responsables seront punis sévèrement"

Une foule de sauveteurs, dont plusieurs camions de pompiers et ambulances, ainsi que des policiers sont déployés en grand nombre dans la neige autour des parties accidentées du fuselage, aux abords de la zone habitée. Les deux parties de l'avion, visibles sur les images, ne semblent pas avoir pris feu.

Dans un message de condoléances sur Twitter, le président Kassym-Jomart Tokaïev a aussi assuré que les "responsables seront punis sévèrement en conformité avec la loi".

La compagnie Bek Air se décrit sur son site Internet comme la première compagnie à bas coût du Kazakhstan. Selon le ministère de l'Industrie, elle exploite neuf avions de type Fokker-100, un modèle moyen-courrier construit par l'avionneur néerlandais Fokker.

Le gouvernement kazakh a ordonné de clouer au sol tous les appareils de ce type et les activités de la compagnie en question le temps de l'enquête. En mars 2016, un Fokker-100 de Bek Air avec 116 passagers à son bord avait dû effectuer un atterrissage d'urgence à l'aéroport international de Noursultan en raison d'un problème de train d'atterrissage. Aucune personne n'avait été blessée.

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.