Accéder au contenu principal

En Irak, un sous-traitant américain tué dans une attaque à la roquette

Un soldat américain fait le plein d'un camion sur la base aérienne de Qayyarah, une enceinte visée par plusieurs attaques à la roquette en novembre 2019
Un soldat américain fait le plein d'un camion sur la base aérienne de Qayyarah, une enceinte visée par plusieurs attaques à la roquette en novembre 2019 Suhaib Salem, REUTERS

Un sous-traitant américain a été tué, vendredi, dans une attaque à la roquette contre une base militaire de la ville de Kirkouk, en Irak. Plusieurs soldats ont également été blessés.

Publicité

Depuis plusieurs mois, les intérêts américains étaient visés par des salves de roquettes. Vendredi 27 décembre, un sous-traitant américain a été tué lors d'une de ces attaques menées contre la base militaire de Kirkouk, dans le nord de l'Irak.

"Plusieurs militaires américains et des membres du personnel irakien ont été blessés" a annoncé dans un communiqué la coalition antijihadiste menée par les États-Unis. "Les forces de sécurité irakiennes mènent la réponse (à l'attaque) et l'enquête. D'autres informations seront rendues publiques une fois qu'elles seront disponibles."

Trente roquettes tirées

Un responsable américain au courant de l'enquête a dit à l'AFP, sous couvert de l'anonymat, qu'au moins 30 roquettes avaient frappé la base, touchant notamment un dépôt de munitions.

Depuis fin octobre, des salves de roquettes se sont abattues à plusieurs reprises sur des secteurs où sont basés des soldats et des diplomates américains. Ces tirs n'ont pas été revendiqués, mais les États-Unis accusent les factions pro-Iran en Irak.

Selon le responsable américain, l'attaque de la base à Kirkouk est la plus importante depuis le début de ces salves.
Les États-Unis avaient appelé mi-décembre le gouvernement irakien à "prendre des mesures" pour faire cesser les attaques en Irak contre des intérêts américains.

Le ministre américain de la Défense, Mark Esper, avait alors exprimé par téléphone son "inquiétude" au Premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdel Mahdi "au sujet de ce qui apparaît comme des attaques contre des bases en Irak où pourraient se trouver des forces ou des équipements américains".

Adel Abdel Mahdi avait de son côté appelé "tout le monde à ne pas ménager ses efforts pour empêcher une escalade qui menacera toutes les parties", redoutant selon un haut responsable irakien "qu'une réponse américaine à des tirs venus de parties pro-Iran ne dégénère en affrontements sur le sol irakien".

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.