Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Le pouvoir marocain craint-il une contagion du Hirak algérien?"

Le journaliste marocain Omar Radi
Le journaliste marocain Omar Radi France 24

A la Une de la presse, ce lundi 30 décembre, le nouvel échange de prisonniers entre Kiev et les séparatistes ukrainiens. La formation en cours du nouveau gouvernement algérien. Un journaliste placé arrêté au Maroc. Et un quizz.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook


Dans la presse, le nouvel échange de prisonniers, hier, entre Kiev et les séparatistes ukrainiens.

Le quotidien russe Moskovski Komsomolets note la présence, sur la centaine de prisonniers transférés d’Ukraine aux territoires séparatistes, de 5 officiers des Berkout, l’unité spéciale antiémeutes de l’ancien président Viktor Ianoukovitch, accusés de l’assassinat de 48 manifestants en février 2014, lors de la révolution de Maïdan. Des libérations qui provoquent «la controverse» en Ukraine, selon The Kiyv Post, qui parle de 200 personnes libérées au total, et évoque les critiques suscitées par la décision du président ukrainien Volodymyr Zelensky de libérer des prisonniers accusés de crimes «sans rapport avec la guerre dans l’est du pays». Le quotidien cite notamment la réaction de Mustafa Nayem, un ancien avocat et journaliste, très actif pendant la révolution de Maïdan: «Je ne comprends pas pourquoi notre système judiciaire, nos tribunaux et nos procureurs ont obéi à l’ordre du président (russe) Vladimir Poutine, de libérer les tueurs». Le quotidien britannique The Financial Times fait état, néanmoins, de l’espoir que ce nouvel échange de prisonniers engagera les deux camps à conclure un accord pour mettre enfin un terme au conflit dans l’est de l’Ukraine, qui dure depuis 5 ans maintenant, et a déjà fait près de 14 000 morts –  le conflit le plus meurtrier en Europe, depuis la guerre des Balkans des années 1990.

En Algérie, le nouveau président Abdelmajid Tebboune s’est attelé à la formation du futur gouvernement. Après la nomination, samedi, de l’universitaire Abdelaziz Djerad comme premier ministre, le chef de l’Etat algérien a lancé «les premières consultations avec certaines personnalité politiques nationale», selon El Watan, qui demande au nouveau président et aux militaires, d’«écouter la voix de la raison et (de) donner des gages de bonne volonté, en ordonnant sans délai l’arrêt (des) agressions (contre les manifestants) et en répondant au préalable du hirak», le mouvement de contestation: la libération des «détenus d’opinion». Une demande qui s’adresse en premier lieu au nouvel homme fort de l’Algérie, le général Chengriha – décrit par le quotidien français Le Figaro comme «un stratège qui laisse espérer une «renormalisation» de l’armée algérienne», après la mort soudaine, la semaine dernière, de son prédécesseur, le chef d’état-major Gaïd Salah. Le général Saïd Chengriha, que le dessinateur Dilem, pour Liberté-Algérie, présente même comme le véritable chef de l’Etat algérien.

Au Maroc, plusieurs centaines de Marocains ont manifesté, samedi, à Rabat, contre l'arrestation du journaliste Omar Radi, placé en détention pour avoir critiqué une décision de justice. Le Desk présente son collaborateur emprisonné comme un journaliste d’investigation primé, qui a publié notamment plusieurs articles sur la corruption des fonctionnaires. Selon le site d’information marocain, Omar Radi doit être jugé ce jeudi pour avoir «prétendument insulté un juge» ayant infligé de lourdes peines à des manifestants du Rif, cette région du nord du Maroc qui a connu un soulèvement populaire en 2016. Le pouvoir marocain «craint-il une contagion du Hirak algérien?», s’interroge le journal français L’Humanité – qui critique la «répression impitoyable» des voix dissidentes au Maroc - l’arrestation d’Omar Radi, mais également la condamnation, en novembre dernier, du rappeur Gnawi, à un an de prison, pour une chanson attaquant le roi et reprenant des slogans contre «l’injustice» et «l’accaparement des richesses».

Fin de l’année oblige, les journaux vous proposent tout un tas de rétrospectives et autres quizz, sur 2019. J’ai retenu pour vous le questionnaire du Parisien sur l’actualité politique française de l’année qui s’achève - une année qui a commencé avec le mouvement des gilets jaunes et se termine avec les grèves contre la réforme des retraites…

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.