Accéder au contenu principal

Mr Bricolage a quasiment finalisé le plan de cession de ses 65 magasins intégrés

Publicité

Paris (AFP)

Mr Bricolage, lancé depuis fin 2016 dans un plan de relance et de restructuration baptisé "Rebond", a annoncé lundi que 59 de ses 65 magasins intégrés mis en vente le 13 décembre 2018 ont été repris, les autres devant être fermés.

Le groupe précise dans un communiqué que la reprise de ces points de vente, "majoritairement" par des adhérents de son réseau, permet de maintenir 1.019 emplois.

"Pour autant, aucune solution de cession n'a pu être encore identifiée pour 6 magasins intégrés: les filiales concernées doivent désormais envisager de les fermer", annonce-t-il.

Ces cessations d'activité doivent conduire à la suppression de 170 postes. L'annonce a été faite aux représentants du personnel dans l'après-midi au siège du groupe à Orléans, indique Mr Bricolage.

"Nos efforts sont concentrés pour accompagner chacun des salariés concernés et nous restons bien entendu à l'écoute de nouvelles opportunités de reprise pour ces magasins", affirme le directeur général du groupe, Christophe Mistou, cité dans le communiqué.

Au 30 novembre, le volume d'affaires du réseau adhérent affiche une hausse annuelle de +2,09% dans un marché des grandes surfaces de bricolage à +1,82%, selon l'indice de la Banque de France.

La cotation de l'action Mr Bricolage, suspendue lundi matin à la demande du groupe, reprendra jeudi à l'ouverture des marchés, précise l'entreprise. Vendredi, à la clôture de la Bourse de Paris, elle valait 2,90 euros.

Mr Bricolage, qui a enregistré en 2018 une perte nette de 137 millions d'euros, gère un réseau de 782 magasins en France et à l'international.

Désormais "modernisé, assaini financièrement, recentré sur ses atouts", le groupe Mr Bricolage dit vouloir poursuivre "son ambition de devenir le leader de la proximité sur son marché". Et ce, selon M. Mistou, grâce à son modèle qui allie "la performance d'un réseau détenu par des entrepreneurs et (...) la puissance d'une centrale de référencement et de services compétitifs".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.