Accéder au contenu principal

Avant la présidentielle à Taïwan, la peur de Pékin au cœur des débats

La présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, est la bête noire de Pékin.
La présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, est la bête noire de Pékin. Ann Wang, Reuters

À deux semaines de l'élection présidentielle, Taïwan s'est doté mardi d'une loi controversée visant à contrecarrer l'influence de la Chine dans l'île.

Publicité

Faire barrage à la Chine. C'est le but de la "loi anti-infiltrations", présentée par le parti au pouvoir à Taïwan de l'actuelle présidence Tsai Ing-wen, bête noire de Pékin, votée mardi 31 décembre, malgré la forte opposition du Kuomintang (KMT, opposition), tenant d'une ligne plus accommodante envers la Chine populaire.

La nouvelle loin interdit aux forces étrangères "hostiles" de faire des campagnes ou du lobbying, de procéder à des donations politiques, de perturber l'ordre social ou de diffuser de la désinformation liée aux élections. Les contrevenants risquent jusqu'à cinq ans de prison ferme et une amende d'environ 332 000 dollars.

Les députés du KMT se sont abstenus lors du vote et ont dénoncé une "loi scélérate". Ils ont demandé aux électeurs de punir le Parti démocratique progessiste (PDP) de Tsai Ing-wen lors du scrutin présidentiel prévu le 11 janvier.

Devant le Parlement, des dizaines de militants pro-chinois s'étaient rassemblés, agitant des banderoles avec des slogans comme "À bas Tsai Ing-wen" et "Terreur verte", la couleur du PDP.

La loi au cœur de la campagne électorale

La nouvelle loi a fait l'objet d'un intense débat durant la campagne électorale, dominée par la question des relations avec la Chine.

Tsai Ing-wen, qui a présenté le scrutin comme un combat pour la liberté et la démocratie à Taïwan, brigue un deuxième mandat. Son principal adversaire est le candidat du KMT, Han Kuo-yu, maire de Kaohsiung (sud), troisième plus grande ville de l'île.

La nouvelle loi constitue une réponse aux "peurs de la société de Taïwan envers les infiltrations de toutes parts réalisées par la Chine", a déclaré Tsai Ing-wen.

"Nous avons voté la loi pour empêcher la Chine, qui est la seule menace pour Taïwan, d'utiliser sa forte puissance et son capital pour polluer, manipuler ou saboter les activités démocratiques à Taïwan", a affirmé le député PDP Wang Ting-yu.

Le Conseil des affaires continentales de Taïwan, qui gère les relations avec Pékin, a indiqué que la loi contribuerait à renforcer "les défenses démocratiques" de l'île.

Des accusations d'espionnage et de campagnes d'influence se sont multipliées récemment envers la Chine. En novembre, un Chinois âgé de 26 ans, Wang Liqiang, avait fait des déclarations explosives au groupe de presse australien Nine.

Il s'était présenté comme un transfuge ayant révélé au contrespionnage australien la façon dont Pékin mène des opérations d'infiltration et d'ingérence à Hong Kong, à Taïwan et en Australie. La Chine a démenti ces accusations et présenté l'homme comme un simple fraudeur en fuite.

Les tensions sont vives entre la Chine continentale et Tsai Ing-wen, qui refuse depuis son arrivée au pouvoir en 2016 de reconnaître le principe de l'unité de l'île et du continent au sein d'une même Chine, comme le réclame Pékin.

Depuis 2016, Pékin a coupé les communications officielles avec Taipei, intensifié ses exercices militaires, durci les pressions économiques et arraché à l'île sept de ses alliés diplomatiques.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.