Accéder au contenu principal

L'opposant Umaro Sissoco Embalo élu président de la Guinée-Bissau

Umaro Sissoco Embalo le 28 décembre 2019 à Bissau.
Umaro Sissoco Embalo le 28 décembre 2019 à Bissau. Seyllou, AFP

L'ancien général et ex-Premier ministre Umaro Sissoco Embalo a été élu dimanche président de la Guinée-Bissau avec 53,55 % des voix face à son rival Domingos Simões Pereira. Ce dernier conteste les résultats et dénonce une "fraude électorale".

Publicité

La Commission électorale nationale a proclamé, mercredi 1er janvier, la victoire du candidat du parti d'opposition Madem, Umaro Sissoco Embalo, à la présidence de la Guinée-Bissau. L'ancien Premier ministre a été élu à la tête de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest à l'histoire tumultueuse en remportant 53,55 % des voix au second tour de la présidentielle lors du scrutin du 29 décembre.

Son adversaire, ancien Premier ministre lui aussi, et chef du plus grand parti du pays, le PAIGC, Domingos Simões Pereira, a remporté 46,45 % des voix, mais conteste sa défaite. Il s'est dit, mercredi 1er janvier, victime de "fraude électorale" et a annoncé qu'il comptait porter l'affaire devant la Cour suprême du pays.

"Je déclare qu'Umaro Sissoco Embalo est le vainqueur de ce second tour", a dit le président de la CNE, José Pedro Sambu, qui s'exprimait dans un hôtel de la capitale, Bissau, placé sous très haute protection.

Soutien des candidats éliminés au premier tour

La participation a été de 72,67 %, pratiquement identique à celle au premier tour le 24 novembre, pour 761 676 électeurs inscrits. Domingos Simões Pereira avait viré en tête lors du premier tour avec 40,1 % des voix, contre près de 28 % pour Umaro Sissoco Embalo.

Ce dernier a pu compter pour rattraper son retard sur le soutien des principaux candidats éliminés au premier tour, dont le président sortant José Mario Vaz, arrivé seulement à la quatrième place.

Général de brigade de réserve, ancien Premier ministre (2016-2018) du président Vaz, spécialiste des questions de défense et géostratégiques, Umaro Sissoco Embalo a 47 ans.

Il est le vice-président du Madem, un parti fondé par des dissidents du PAIGC, le parti qui avait conduit l'ancienne colonie portugaise à l'indépendance en 1974 et a dominé la vie politique depuis lors.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.