Accéder au contenu principal

Qassem Soleimani, commandant de l'ombre

Chef de la Force Al Qods des Gardiens de la révolution, Qassem Soleimani, lors d'une offensive contre l'organisation État islamique, dans la province irakienne de Salah ad-Din, le 8 mars 2015.
Chef de la Force Al Qods des Gardiens de la révolution, Qassem Soleimani, lors d'une offensive contre l'organisation État islamique, dans la province irakienne de Salah ad-Din, le 8 mars 2015. Stringer, REUTERS

Le général Qassem Soleimani, tué vendredi à Bagdad dans un bombardement américain, était une figure centrale de l'influence de l'Iran dans la région. Considéré comme un adversaire redouté des États-Unis et de ses alliés, il était aussi un acteur majeur de la lutte contre les forces jihadistes.

Publicité

C'est une figure clé de la politique iranienne. Le puissant général Qassem Soleimani, tué vendredi 3 janvier dans un raid américain à Bagdad, était le chef de la Force al-Qods des Gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures de la République islamique. Ce personnage charismatique a notamment exercé une influence clé dans les tractations politiques depuis 2018 en vue de former un gouvernement en Irak.

À 62 ans, il est aussi devenu ces dernières années une véritable star en Iran avec de très nombreux followers sur son compte Instagram, qui n'est plus accessible.

Le général iranien a joué un rôle important dans le combat contre les forces jihadistes. Il est devenu un personnage caractéristique de l'influence iranienne au Moyen-Orient, où il a renforcé le poids diplomatique de Téhéran, notamment en Irak et en Syrie, deux pays où les Etats-Unis sont engagés militairement.

"Pour les chiites du Moyen-Orient, c'est un mélange de James Bond, Erwin Rommel et Lady Gaga", écrivait l'ancien analyste de la CIA Kenneth Pollack dans son portrait de Qassem Soleimani pour le numéro du magazine américain Time consacré aux 100 personnalités les plus influentes du monde en 2017.

"Pour l'Occident, il est (...) responsable d'avoir exporté la révolution islamique de l'Iran, de soutenir les terroristes (...) de mener les guerres de l'Iran à l'étranger", ajoute-t-il.

En Iran, plongé dans le marasme économique, certains lui avaient suggéré de se lancer sur la scène politique locale. Mais le général iranien avait tenu à rejeter les rumeurs selon lesquelles il aurait pu se présenter à l'élection présidentielle de 2021.

"C'était le général Soleimani qui pren(ait) les décisions"

Le haut-gradé a déployé notamment ses talents dans l'Irak voisin. À chaque développement politique ou militaire dans ce pays, il a fait le déplacement, pour agir en coulisses et, surtout, en amont.

Percée du groupe État islamique, référendum d'indépendance au Kurdistan ou aujourd'hui formation d'un gouvernement... À chaque fois, il a rencontré les différentes parties irakiennes et défini la ligne à tenir, affirment différentes sources qui ont assisté à ces réunions, toujours tenues dans le plus grand secret.

Son influence était ancienne puisqu'il dirigeait déjà la Force al-Qods lorsque les Etats-Unis ont envahi l'Afghanistan en 2001.

"Mes interlocuteurs iraniens étaient très clairs sur le fait que même s'ils informaient le ministère des Affaires étrangères, au bout du compte c'était le général Soleimani qui prendrait les décisions", confiait en 2013 à la BBC Ryan Crocker, un ex-ambassadeur américain en Afghanistan et en Irak.

Après être resté dans les coulisses pendant des décennies, Qassem Soleimani a commencé à faire la une des médias après le début du conflit en Syrie en 2011, où l'Iran, poids lourd chiite de la région, apporte une aide précieuse au régime de Bachar al-Assad.

Une figure populaire

Ce haut commandant des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique d'Iran, avait également raconté avoir passé au Liban - avec le Hezbollah chiite libanais - l'essentiel du conflit israélo-libanais de l'été 2006, dans un entretien exclusif diffusé par la télévision d'État iranienne en octobre dernier.

Selon une étude menée par IranPoll et l'université de Maryland, 83 % des Iraniens interrogés avaient une opinion favorable du général, classé devant le président, Hassan Rohani, et le chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif.

À l'étranger, certains dirigeants occidentaux le voient comme un personnage central dans les relations de Téhéran avec des groupes comme le Hezbollah libanais et le Hamas palestinien.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.