Wall Street rattrapée par les tensions au Moyen-Orient

Publicité

New York (AFP)

La Bourse de New York a terminé dans le rouge vendredi après l'assassinat par les Etats-Unis d'un puissant général iranien, qui a fait bondir les cours du pétrole et ravivé les craintes d'une escalade des tensions entre les deux pays.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a reculé de 0,81%, à 28.634,88 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a cédé 0,79%, à 9.020,77 points, et l'indice élargi S&P 500 a perdu 0,71%, à 3.234,85 points.

Les indices américains, qui avaient tous les trois grimpé la veille à des sommets inédits, ont été rattrapés vendredi par la peu d'une escalade au Moyen-Orient suite à la mort de Qassem Soleimani, un influent responsable iranien tué vendredi dans une attaque de drones menée par les Etats-Unis à Bagdad.

La frappe, qui a suscité des réactions inquiètes dans le monde, a été ordonnée par le président américain Donald Trump après une attaque mardi contre l'ambassade des Etats-Unis en Irak.

Par crainte d'une perturbation de la production d'or noir au Moyen-Orient, les prix des barils ont immédiatement pris jusqu'à 4% avant de terminer en hausse de 3,5% à Londres et de 3,1% à New York.

Des secteurs comme le transport aérien, pour lequel le carburant représente un coût important, en ont été pour leur frais, American Airlines perdant par exemple 4,95%.

Pour Ian Shepherdson, économiste chez Pantheon Macroeconomics, la question désormais est "non pas de savoir si l'Iran va riposter mais de quelle façon". Et "pour les marchés, l'élément clé est l'impact que la réponse de l'Iran peut avoir sur les prix du pétrole", notamment si les infrastructures pétrolières iraniennes deviennent la cible d'éventuelles mesures de représailles ou si Téhéran décide de bloquer la circulation des tankers dans le détroit d'Ormuz.

Une hausse des prix du carburant peut avoir pour effet de peser sur le budget des consommateurs américains, mais profiterait aussi aux nombreux producteurs de brut aux Etats-Unis.

"La Réserve fédérale a reconnu publiquement que la hausse des prix du pétrole ne ralentit plus la croissance économique, mais les marchés et les médias n'ont pas encore complètement intégré cette idée", souligne M. Shepherdson.

Pour Gregori Volokhine de Messchaert Financial Services, la baisse des indices vendredi est au final restée assez modérée.

Les courtiers ont "encore en tête le souvenir du mois de septembre et des attaques sur des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite", explique-t-il. "Les mouvements sur les marchés avaient été effacés en quelques jours."

Pour les investisseurs, "il s'agit d'un événement géopolitique qui, comme beaucoup d'autres, ne change rien à la dynamique du marché qui s'est mise en place depuis des mois: on a le vent dans le dos avec une économie qui s'annonce plutôt meilleure que prévu, des tensions commerciales qui s'apaisent et la Réserve fédérale du côté des investisseurs", estime M. Volokhine.