Accéder au contenu principal

Top 14: Bordeaux-Bègles, à mi-temps, prend quand même le bonus face à Bayonne

Publicité

Bordeaux (AFP)

Bordeaux-Bègles a répondu à distance à Lyon pour reprendre la tête du Top 14 après sa victoire bonifiée devant Bayonne (22-3), malgré un deuxième acte joué à l'envers, samedi soir, à l'occasion de la 13e journée du championnat de France.

Dix victoires au compteur à mi-saison, la première place, un écart appréciable avec le 7e: l'UBB est sur les rails d'une première qualification, à condition qu'elle gomme ses 40 dernières minutes face à des Basques valeureux, solidaires, qui ont réussi à éviter la correction que pouvait annoncer le score à la pause (22-3).

C'est un rappel à l'ordre qui pourrait servir la cause et les desseins des hommes de Christophe Urios, qui n'ont pas réellement de marge s'ils commencent à déjouer comme ils l'ont fait après la pause. Mais le stade Chaban-Delmas, agréablement rempli (28.000 spectateurs), n'en tiendra pas trop rigueur à ses protégés. Sept matches joués à domicile, autant de victoires dont quatre bonifiées, le bilan est appréciable et porteur d'espérances.

D'ailleurs, tout était parti très vite dans cette partie déséquilibrée par l'absence de plusieurs Bayonnais diminués par une épidémie d'oreillons, avec un essai d'entrée de Dubié, à l'initiative d'un coup de pied vers Buros repris par une cuillière à 5 mètres de la ligne, et à la conclusion dans le ruck suivant (2).

De quoi maintenir une confiance qui ne quitte plus les Girondins depuis deux mois et qui ne s'est même pas effilochée durant le quart d'heure de l'Aviron qui les a poussés à défendre à 14 après le carton jaune de Dubié (13), pour au final une seule pénalité à se mettre sous la dent pour les visiteurs, inscrite par le nouveau venu Lafage (22).

De retour à l'équilibre numérique, les Unionistes ont alors accéléré et, irrésistiblement, ont marqué par Douglas après une pénalité rapidement jouée par Lesgourgues et une sautée de Buros (25).

Avant la pause, Lamerat, après un bon pilonnage de ses avants, a mis la troisième couche, synonyme de bonus offensif (19-3).

On pensait que les Bordelais allaient dérouler après la pause comme Lyon l'avait fait le week-end dernier face à ce même adversaire. Mais cette fois, les Basques n'ont pas sombré, se sont accrochés comme si leur maintien en dépendait, et ont profité de l'impatience des locaux à mettre leur bonus à l'abri à cause de mauvais choix qui ont pollué leurs offensives.

Un deuxième acte à l'envers à vite oublier.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.