Accéder au contenu principal

Volley: "Compliqué" d'aller chercher la qualification olympique, estime Benjamin Toniutti

Publicité

Paris (AFP)

"On sait très bien que c'est compliqué", estime Benjamin Toniutti, capitaine des volleyeurs français contraints à l'exploit à Berlin de dimanche à vendredi pour décrocher le dernier ticket européen disponible pour disputer les Jeux olympiques de Tokyo.

Q: Que vous inspire le tournoi de qualification olympique qui débute dimanche et s'annonce très relevé?

R: "C'est un mini Championnat d'Europe, sans la Russie, la Pologne et l'Italie (déjà qualifiées, NDLR), mais avec le champion d'Europe (la Serbie), le vice-champion d'Europe (la Slovénie) et le quatrième de l'Euro-2019 (la France), et il n'y a que une seule place. On a déjà vécu ce genre de tournoi il y a quatre ans, même si c'est un peu différent. En 2016, il y avait la première place directement qualificative, les deuxième et troisième places permettaient d'avoir une seconde chance abordable, alors que là il n'y a qu'une place. C'est la mission pour y aller: en volley, il y aura quatre pays européens, alors que 80% des meilleures équipes sont en Europe. On sait très bien que c'est compliqué, on a perdu notre premier tournoi de qualification en Pologne, qui est double championne du monde en titre. Là, on va jouer notre chance à fond."

Q: Vous vous retrouvez dans un groupe avec la Serbie et la Bulgarie, deux équipes que vous avez affrontées il y a trois mois à l'Euro-2019. Qu'est-ce que cela vous inspire?

R: "La Serbie, c'est l'équipe qui va arriver avec le plus de confiance après son résultat à l'Euro. Ils se sont quittés après cette victoire, chaque joueur individuellement joue bien dans son club. Ils n'ont pas de pépin physique, il n'y a aucun joueur majeur de l'Euro absent. Les Bulgares, trois semaines avant l'Euro, ils étaient à trois balles de match de battre le Brésil et se qualifier pour les JO. On sait que c'est une équipe très dangereuse et qui va clairement jouer sa chance pour accrocher ce dernier ticket. Ils sont passés complètement à côté de leur Euro. Là, ils se sont remis dans un mode qualification aux Jeux olympiques et ils seront présents."

Q: Votre Championnat d'Europe, conclu à la quatrième place, vous a-t-il aussi permis de reprendre confiance?

R: "Ça faisait longtemps que l'on n'avait pas joué comme ça. On a eu une absence pendant cinq ou six minutes dans le tie break de la demi-finale. Il y a eu beaucoup de choses positives pendant cet Euro, en termes de qualité de jeu et d'engagement. J'espère que l'on sera dans la même lignée à Berlin et qu'à la fin, il y aura une qualification. C'est un parcours du combattant et j'espère que l'on va s'en sortir le 10 janvier."

Propos recueillis lors d'un point presse.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.