Accéder au contenu principal

Venezuela : Juan Guaido à la porte, un élu d'opposition s'autoproclame président du Parlement

Le député d'opposition Luis Parra s'est autoproclamé président du Parlement, le 5 janvier 2020, poussant l'opposition à Nicolas Maduro à parler de "coup d'État parlementaire"
Le député d'opposition Luis Parra s'est autoproclamé président du Parlement, le 5 janvier 2020, poussant l'opposition à Nicolas Maduro à parler de "coup d'État parlementaire" Manaure Quintero, Reuters

Le député d'opposition Luis Parra, rival de Juan Guaido, s'est autoproclamé président du Parlement vénézuélien dimanche. Alors que Juan Guaido était empêché d'entrer dans l'hémicycle, l'opposition à Nicolas Maduro dénonce un "coup d'État parlementaire".

Publicité

Coup de théâtre au perchoir du Parlement vénézuélien. Dans la confusion la plus totale et en l'absence de Juan Guaido, le député d'opposition Luis Parra, rival du jeune opposant, s'est autoproclamé président du Parlement, dimanche 5 janvier. L'opposition à Nicolas Maduro dénonce un "coup d'État parlementaire".

Unique institution contrôlée par l'opposition au président socialiste, le Parlement vénézuélien devait élire son président pour 2020. Un poste auquel Juan Guaido se disait certain d'être reconduit pour continuer son "combat", jusque-là infructueux, pour chasser du palais de Miraflores l'héritier politique d'Hugo Chavez, qu'il qualifie d'"usurpateur" depuis la présidentielle "frauduleuse" de 2018.

Plus tard dans la journée, Nicolas Maduro a dit reconnaître l'élu rival de Juan Guaido comme le nouveau président du Parlement.

Juan Guaido empêché d'entrer dans l'hémicycle

Mais en début d'après-midi, alors que l'opposant et une dizaine de députés d'opposition sont empêchés depuis quatre heures d'entrer dans l'hémicycle par de longs contrôles de l'armée et de la police, Luis Parra, élu d'opposition, monte au perchoir.

Face à ses pairs fidèles au pouvoir chaviste et face à des députés d'opposition en rupture de ban avec Juan Guaido qui ont pu entrer sans problème au Parlement, celui-ci s'empare d'un mégaphone et se proclame unilatéralement nouveau président du Parlement unicaméral.

Le chaos est alors indescriptible. Les propos de Luis Parra sont inaudibles. Des élus d'opposition le huent, d'autres le félicitent et une ribambelle de téléphones portables immortalise la scène.

Dehors, aux grilles de l'Assemblée, Juan Guaido tente d'escalader l'entrée avant de renoncer, selon des images de la chaîne privée VPI.

La réaction de l'opposition fidèle à Juan Guaido est immédiate. La proclamation de Luis Parra s'est effectuée "sans vote, ni quorum", s'indigne-t-elle. Elle évoque un "coup d'État parlementaire".

Washington, le plus fidèle allié de Juan Guaido, parle d'une tentative "désespérée" de le remplacer au Parlement. Quant au Brésil, il accuse Nicolas Maduro "de bloquer par la force le vote légitime et la réelection de Juan Guaido", comme en témoigne un tweet du ministre brésilien des Affaires étrangères.

Luis Parra campe sur ses positions et affirme que 81 députés sur 140 présents ont voté pour lui.

Le député chaviste Pedro Carreño a expliqué à l'AFP que la séance avait eu lieu en présence de 150 élus, dont 84 ont voté pour Luis Parra, soit la majorité simple du Parlement qui compte 167 sièges.

Juan Guaido, qui affirmait disposer des 84 votes nécessaires à sa réélection, affirme aussi que le gouvernement a versé des pots-de-vin à des députés d'opposition pour qu'ils tournent casaque.               

Fort de son statut, Juan Guaido entendait obtenir une deuxième chance de poursuivre son bras de fer avec Nicolas Maduro, qu'il rend responsable de la crise économique et sociale que traverse le Venezuela.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.