Accéder au contenu principal

Alexis Michalik, le retour du surdoué du théâtre français

4 mn
Publicité

Paris (AFP)

Imaginez que quatre de vos pièces jouent à Paris, en même temps, après avoir fait salle comble pendant des années. C'est le cas d'Alexis Michalik, prodige du théâtre français qui revient avec une nouvelle création, fruit d'un deuil amoureux.

Le "Wonder boy" de la scène française, comme l'a baptisé la presse, est l'homme aux dix Molières (dont six comme auteur et metteur en scène), à seulement 37 ans.

Après environ 8.000 représentations en France et à l'étranger de ses quatre premières pièces, presque sans interruption, il crée "Une histoire d'amour" à La Scala-Paris (9 janvier-28 mars), vient de publier son premier roman et sera bientôt à l'affiche de deux films.

"Je suis un hyperactif", sourit-il dans un entretien avec l'AFP. "Mon rythme de travail est aussi rapide que celui de mes spectacles".

Il faut croire que depuis cette première pièce, "Le Porteur d'histoire" (2011), toujours à l'affiche après un record de 2.500 représentations, jusqu'à "Edmond" (2016), qui raconte la genèse de la pièce "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand et qui a consacré Michalik comme une "success story", tout sourit au dramaturge aux yeux bleus intenses. Ou presque.

"Un jour, je me suis retrouvé au cœur d'une rupture un peu difficile... j'ai eu envie de raconter ça", raconte-t-il, inspiré par la chanson "It Takes Time To Be a Man" du groupe américain The Rapture.

- Théâtre "de lisière" -

Sa pièce "parle de l'intime, pas de moi", précise-t-il. "Un auteur, à partir du moment où il écrit quelque chose de sincère, finit toujours par écrire sur ses failles, ses douleurs".

Elle raconte l'amour de Katia et Justine, qui disparaît quelques jours après la naissance de leur fille conçue par insémination artificielle. Pour cette création, Michalik va remonter sur les planches pour jouer le frère de Katia. "C'est terrifiant, ça fait huit ans depuis la dernière fois", souligne celui qui a démarré sa carrière comme comédien.

Aimant "surprendre" le public, il est adepte des "pièces à tiroirs" et des histoires "où on ne sait pas où on va aller".

En France, selon lui, la narration avait été un peu laissée de côté au théâtre jusqu'à l'apparition d'auteurs-metteurs en scène comme Wajdi Mouawad.

Dans un pays où le théâtre privé et le théâtre subventionné sont bien séparés, il se félicite que "depuis quelques années, on assiste à l'émergence d'un théâtre de +lisière+ , qui vient souvent du festival off d'Avignon et qui crée (des pièces) avec une économie réaliste, une narration forte et sans tête d'affiche".

Une recette qui permet selon lui aux pièces de tourner plus longtemps et à l'étranger. "Le Porteur d'histoire", avec "cinq tabourets et cinq acteurs", a ainsi tourné de la Nouvelle-Calédonie au Liban et sera bientôt en Chine.

- "Spectacles hybrides" -

Chantre du théâtre populaire, il sait que, dans certains milieux, on peut regarder de haut ce genre de pièces qui "n'a pas besoin d'aborder des thématiques lourdes ou politiques".

"Je ne veux pas que tout le monde aime mes pièces", assure le dramaturge qui a été parfois critiqué pour certaines facilités. "Il y a forcément des gens qui préfèrent un théâtre plus exigeant (...) et c'est très bien comme ça."

Son premier roman, "Loin" (Albin Michel), est également un récit à rebondissements: l'histoire d'un jeune homme qui traverse l'Europe à la recherche de son père.

Franco-britannique - sa mère anglaise Pamela Hargreaves a traduit certaines de ses pièces jouées en 2019 en Grande-Bretagne -, il s'est nourri de cette double culture. "Ma narration est plutôt anglo-saxonne mais je parle de sujets très français".

"J'ai piqué cette simplicité à Peter Brook, le côté chorégraphié de Mnouchkine où elle amène tous ses acteurs pour changer le décor", mais "ma narration emprunte aux séries télé et aux BD". "Ça donne des spectacles hybrides".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.