Accéder au contenu principal

À Téhéran, une foule d'Iraniens pour l'hommage du guide suprême au général Soleimani

Le guide suprême iranien Ali Khamenei et le président Hassan Rouhani prient près du cercueil du général iranien Qassem Soleimani, le 6 janvier à Téhéran.
Le guide suprême iranien Ali Khamenei et le président Hassan Rouhani prient près du cercueil du général iranien Qassem Soleimani, le 6 janvier à Téhéran. Site officiel de la présidence iranienne, via Reuters
7 mn

Une foule rassemblée aux abords de l'Université de Téhéran, dans le centre de la capitale, a rendu un dernier hommage, lundi, au général iranien Qassem Soleimani, tué vendredi par une frappe américaine en Irak. Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a dirigé en personne la prière en l'honneur du soldat le plus populaire d'Iran.

Publicité

Le cœur de Téhéran était noir de monde, lundi 6 janvier au matin, pour rendre hommage au général Qassem Soleimani, le plus influent stratège militaire iranien et principal artisan de la montée en puissance de l'influence de l'Iran au Moyen-Orient, tué vendredi par une frappe de drone américain en Irak.

Le rassemblement avait débuté bien avant 8 h (4 h 30 GMT) aux abords de l'Université de Téhéran, où le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a dirigé une prière en l'honneur du militaire le plus populaire d'Iran.

Entouré du président iranien Hassan Rohani, du président du Parlement Ali Larijani, et du général de division Hossein Salami, chef des Gardiens de la Révolution, Ali Khamenei a prononcé, en larmes, une prière en arabe peu après  9 h 30 (6 h GMT) avant de quitter les lieux avec les dirigeants présents.

FR NW GRAB IRAN 11H
01:50


Les premiers rangs de l'assistance se sont alors rués sur les cercueils contenant les restes du général Soleimani, de l'Irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires pro-Iran intégrés aux forces de sécurité, et de quatre autres Iraniens tués en même temps qu'eux.

Enveloppés dans un drapeau iranien, les cercueils du général et de ses compagnons d'armes ont ensuite été porté en dehors de l'université pour être honorés par une foule compacte postée autour de l'édifice.

Faisant référence au général Soleimani et aux autres Iraniens tués avec lui, la télévision d'État, qui a couvert l'événement en direct avec force vues aériennes du centre de la capitale titrait en bandeau : "Résurrection sans précédent de la capitale iranienne en accueillant Haj Qassem et les martyrs de la résistance".

D'après ce média, plusieurs millions de personnes s'étaient rassemblées à la mémoire de Soleimani dans
le centre de Téhéran. Les images retransmises lundi ont donné un sentiment de masses sans précédent depuis les funérailles de l'ayatollah Ruhollah Khomeini, fondateur de la république islamique, mort en 1989.

La mort de Soleimani a suscité une immense émotion en Irak et en Iran, alors que le président américain Donald Trump a justifié avoir donné l’ordre de l’assassiner en assurant que celui qui était le chef des forces iraniennes Al-Qods, unité d’élite des Gardiens de la révolution, préparait des attaques "imminentes" contre diplomates et militaires américains.

Dimanche, une marée humaine d'hommes et de femmes en pleurs criant "Mort à l'Amérique" a déferlé dans plusieurs villes d'Iran, notamment la cité sainte chiite de Machhad (nord-est) où le cercueil de Qassem Soleimani est arrivé.

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.