Accéder au contenu principal

737 MAX: Boeing recommande une formation sur simulateur des pilotes avant la remise en service

Publicité

New York (AFP)

Boeing a recommandé mardi une formation des pilotes sur simulateur, qui reproduit les conditions de vol réelles, avant la remise en service de l'avion 737 MAX cloué au sol depuis près de 10 mois après deux accidents ayant fait 346 morts.

Le constructeur aéronautique américain accède ainsi aux exigences des autorités de l'aviation civile européenne et canadienne, qui en avaient fait une condition sine qua non pour donner leur feu vert à une levée de l'interdiction de vol.

Avant les accidents de Lion Air et d'Ethiopian Airlines, les pilotes aux commandes du Boeing 737 MAX n'étaient formés que sur ordinateur, et sur iPad pour ceux qui étaient déjà rodés au 737 NG, le prédécesseur du MAX.

Ce retournement intervient quelques jours seulement avant l'arrivée effective aux commandes de l'entreprise de David Calhoun, nommé fin décembre pour remplacer Dennis Muilenburg, limogé après une gestion de crise jugée catastrophique et des relations tendues avec l'agence fédérale de l'aviation (FAA).

"La sécurité est la priorité numéro 1 de Boeing", a justifié Greg Smith, directeur général par intérim, cité dans un communiqué. "La confiance du public, des clients et des actionnaires au 737 MAX est importante pour nous", a-t-il poursuivi.

C'est néanmoins la FAA, chargée de l'homologation des avions commerciaux aux Etats-Unis, qui doit décider de la formation adéquate. Jusque-là, le régulateur américain avait résisté aux appels de ses pairs européen et canadien à une formation sur simulateur.

D'après une source règlementaire, la FAA devrait annoncer sa décision dans les prochaines semaines.

"L'agence va examiner la recommandation de Boeing" lors des opérations conjointes avec des équipes de compagnies aériennes américaines et étrangères car la formation fait partie de la certification du 737 MAX, a déclaré mardi à l'AFP un porte-parole de la FAA.

Les données de ces tests vont permettre, a-t-il ajouté, de définir la formation nécessaire.

Une formation sur simulateur sera coûteuse et longue, ce qui est de nature à retarder encore un peu plus la remise en service du 737 MAX.

De plus, il n'existe actuellement qu'une petite poignée de simulateurs spécifiques au MAX dans le monde, dont deux seulement en Amérique du nord, un appartenant à Air Canada et l'autre à Boeing. Southwest Airlines, première cliente du 737 MAX, devrait recevoir le sien sous peu, ainsi qu'American Airlines.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.