Volley: les Français ont rendez-vous avec la Slovénie pour entretenir la flamme

Berlin (AFP)

Publicité

Les volleyeurs français affronteront la Slovénie jeudi (17h00) en demi-finale du tournoi de qualification olympique à Berlin, pour entretenir l'espoir d'une présence aux JO-2020 à Tokyo, alors que la compétition en Allemagne n'offre qu'un seul ticket pour le Japon.

Pour se hisser en demi-finales d'un TQO extrêmement relevé, les Français ont remporté le premier set contre les Pays-Bas (25-21), suffisant pour prendre la deuxième place de leur groupe derrière la Bulgarie et ainsi éliminer les Serbes, champions d'Europe il y a un peu plus de deux mois mais qui ne verront pas Tokyo à l'été 2020.

Une deuxième participation consécutive aux Jeux olympiques après Rio en 2016 reste donc toujours possible pour les hommes de Laurent Tillie, d'autant plus que le tournoi, où seul le vainqueur se qualifiera pour Tokyo, est désormais débarassé de son épouvantail serbe.

Champions d'Europe 2015, les Français sont arrivés à Berlin amoindris par une cascade de joueurs absents (Thibault Rossard et Trevor Clevenot blessés, Stephen Boyer pour raison personnelle).

Jeudi en fin d'après-midi les Bleus s'offriront de belles retrouvailles, puisqu'ils seront opposés aux Slovènes, cinq mois après les avoir affrontés et difficilement dominés lors d'un premier tournoi de qualification olympique (26-24, 25-20, 25-23) en Pologne, dans un contexte totalement différent.

A Gdansk, les Français avaient été impuissants contre la Pologne, double championne du monde en titre (2014, 2018), et ont ainsi été obligés de passer par ce dernier TQO couperet en Allemagne.

Depuis, la Slovénie surfe sur son Euro-2019 disputé en très grande partie à domicile et conclu à Paris sur une deuxième place derrière la Serbie, et devant la France, quatrième chez elle. En témoigne sa victoire au tie break contre les hôtes allemands mardi soir lors de la phase de groupes (32-34, 25-20, 19-25, 25-21, 15-12).

Invaincue en trois matches dans un groupe moins dense (Allemagne, Belgique, République tchèque) que celui de la France (Serbie, Bulgarie, Pays-Bas), la Slovénie peut s'appuyer sur la puissance de ses attaquants/réceptionneurs Tine Urnaut et Klemen Cebulj, et de son pointu Toncek Stern.

Pour la France, la Slovénie reste également un bon souvenir puisque c'est contre ce petit pays (2 millions d'habitants) issu de l'ex-Yougoslavie que la bande à Earvin Ngapeth a remporté son seul titre européen en 2015 à Sofia.