Accéder au contenu principal

Au Canada, deuil et douleur après le crash du Boeing 737 en Iran

Endeuillées, des personnes pleurent, dans la résidence étudiante de l'Université de Toronto, les victimes d'un crash d'un avion ukrainien en Iran, dans une image fixe tirée d'une vidéo à Toronto, au Canada, le 8 janvier 2020.
Endeuillées, des personnes pleurent, dans la résidence étudiante de l'Université de Toronto, les victimes d'un crash d'un avion ukrainien en Iran, dans une image fixe tirée d'une vidéo à Toronto, au Canada, le 8 janvier 2020. © REUTERS - Chris Helgren

Parmi les 176 victimes du crash du Boeing 737 en Iran, 63 d'entre elles étaient Canadiennes et 138 passagers se rendaient au Canada. Dans le pays, qui compte une importante dispora iranienne, nombreux sont encore sous le choc. 

Publicité

Des étudiants "brillants", des enfants, des jeunes mariés : 176 personnes, en majorité des Iraniens et des Canadiens, sont mortes mercredi à Téhéran dans le crash toujours inexpliqué d'un avion de ligne ukrainien

"Au moins 63 Canadiens étaient à bord et au total 138 passagers sur ce vol se rendaient au Canada, autant de personnes qui ne retrouveront pas leurs parents, leurs amis, leurs collègues, ou leurs familles", a déclaré mercredi lors d'une conférence de presse le Premier ministre canadien Justin Trudeau, ému.

Parmi les victimes, se trouvaient "un couple de jeunes mariés, une famille de quatre personnes, une mère et ses deux filles, des étudiants brillants, des universitaires dévoués", a précisé Justin Trudeau.

Justin Trudeau demande "une enquête approfondie"

Le Premier ministre canadien a réclamé une "enquête approfondie" sur cette catastrophe aérienne, la plus meurtrière impliquant des Canadiens depuis l'attentat contre un Boeing 747 d'Air India en 1985, dans lequel 268 Canadiens avaient trouvé la mort. Justin Trudeau a aussi affirmé que "les Canadiens ont des questions à poser, et [qu']ils méritent d'obtenir des réponses". 

Le Canada héberge l'une des plus importantes diasporas iraniennes d'Amérique du Nord, avec 210 000 Canadiens d'origine iranienne recensés en 2016, selon les chiffres officiels. La moitié d'entre eux est installée à Toronto, où vit l'une des plus importantes communautés iraniennes d'Amérique du Nord, après Los Angeles. 

Une trentaine des victimes venaient de la région d'Edmonton, la capitale de l'Alberta, dans l'ouest du Canada. "Nous avons perdu environ 1 % de notre communauté sur ce vol", s'est désolé un membre de la communauté iranienne locale.

"L'un de mes amis, lui, sa femme et leurs deux jeunes filles ont été tués. Ses filles avaient 9 et 14 ans", a déclaré Payman Parseyan, un membre de la communauté d'origine iranienne établie à Edmonton (Alberta, ouest), sur la chaîne CBC.

"Tout le monde est choqué"

Originaire de Téhéran, Kavoss H. Zadeh, qui vit à "Little Tehran", un quartier de Toronto, affirme qu'il connaissait plusieurs victimes. "Certains étaient dentistes, médecins, des gens très éduqués. Tout le monde est choqué maintenant."

Outre les Canadiens, 82 Iraniens, 11 Ukrainiens, dont les 9 membres d'équipage, 10 Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois Britanniques se trouvaient également à bord du vol 752 d'un Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines.

Le Canada a rompu ses relations diplomatique avec l'Iran en 2012, reprochant à la République islamique son soutien au gouvernement de Bachar al-Assad en Syrie. 

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.