Accéder au contenu principal

Iran : de nouvelles sanctions américaines visent des producteurs de métaux et des sociétés minières

Une photo satellite montre les dégâts causés par des missiles iraniens sur une base de la coalition en Irak, le 8 janvier 2020.
Une photo satellite montre les dégâts causés par des missiles iraniens sur une base de la coalition en Irak, le 8 janvier 2020. © Reuters

Comme prévu, les États-Unis ont annoncé vendredi de nouvelles sanctions économiques contre l'Iran, en représailles aux missiles tirés contre des bases américaines en Irak le 8 janvier. Ces sanctions visent des fabricants d'acier, d'aluminium, de cuivre et de fer du pays.

Publicité

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a détaillé, vendredi 10 janvier, les nouvelles sanctions prises contre l'Iran. Elles visent huit hauts responsables du régime ayant "fait avancer les objectifs de déstabilisation" de la République islamique, ainsi que les plus grands fabricants d'acier, d'aluminium, de cuivre et de fer du pays.

Les États-Unis ont désigné 17 producteurs de métaux et sociétés minières iraniens, un réseau de trois entités basées en Chine et aux Seychelles et un navire impliqué dans l'achat, la vente et le transfert de produits métalliques iraniens, ainsi que dans la fourniture aux producteurs de métaux iraniens de composants de production cruciaux, a expliqué Steven Mnuchin lors d'une conférence de presse.

>> À lire aussi : "Crise iranienne : le puits sans fond des sanctions économiques de Donald Trump"

"Nous avons confiance à 100 % (...) dans le fait que les sanctions économiques fonctionnent", a-t-il affirmé, ajoutant que sans les sanctions américaines, l'Iran aurait récolté "littéralement des dizaines de milliards de dollars".

"Ils utiliseraient cela pour des activités terroristes dans toute la région", a-t-il poursuivi. "Il ne fait aucun doute qu'en coupant les finances au régime, nous avons un impact."

Ces sanctions interviennent en réponse à l'opération "Martyr Soleimani", lancée dans la nuit du 8 au 9 janvier par l'Iran en représailles à l'élimination par Washington du général Qassem Soleimani à Bagdad.

Selon le Trésor américain, ces sanctions se poursuivront jusqu'à ce que le régime iranien "arrête le financement du terrorisme mondial" et s'engage à ne jamais avoir d'armes nucléaires.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.