Accéder au contenu principal

L1: Josh Maja, l'ex-jeune premier retrouve la lumière à Bordeaux

Publicité

Bordeaux (AFP)

De la télé-réalité à la réalité du terrain. Jeune premier connu des foyers anglais via une série consacrée aux déboires de Sunderland, Josh Maja a retrouvé la lumière en empilant les buts avec Bordeaux, qui défie Lyon samedi en Ligue 1 (17h30).

En janvier dernier, âgé d'à peine 20 ans, l'avant-centre a débarqué sur les bords de la Garonne avec le statut de joueur à fort potentiel. Mais aussi celui de star du petit écran, bien malgré lui.

N'ayant pu percer à Londres d'où il est originaire, ni trouver de bourse pour rester à Manchester City, Maja a 16 ans quand il met le cap au nord pour s'accomplir. Direction: Sunderland, sur les rives de la Mer du Nord.

Lancé l'année suivante lors d'un 3e tour de Coupe de la Ligue anglaise contre Queens Park Rangers mais majoritairement aligné en U23 (6 buts en 21 matches), il assiste à distance à la descente des "Black Cats" en Championship (2e div.).

La remontée immédiate est l'objectif décrété en 2017 par Sunderland qui ouvre en grand ses portes et son quotidien aux caméras de la plate-forme de vidéos à la demande Netflix. Mais rien ne se passe comme prévu pour le club portuaire qui chute en League One (3e div.), naufrage suivi quotidiennement dans le documentaire +Sunderland Til I Die+ (Sunderland jusqu'à la mort) avec Maja en jeune premier plutôt impuissant (1 but en 17 matches).

- Gros travailleur -

Son heure arrive en League One, avec un second semestre 2018 prolifique (15 buts en 24 matches). Il attire l'œil de Gernot Rohr, le sélectionneur du Nigeria, pays de ses parents, et suscite les convoitises. Et c'est Bordeaux qui enlève la pépite, permettant à Sunderland de solder ses traites liées au transfert dans l'autre sens de Wahbi Khazri en janvier 2016.

L'intégration en France et l'adaptation à la Ligue 1 s'avèrent compliquées. De surcroit, pour sa première titularisation et son premier but en L1 en avril à Nîmes, il se distend les ligaments croisés du genou gauche. Résultat: trois mois d'infirmerie.

A son retour, il reste dans l'ombre de Jimmy Briand (34 ans) dans l'esprit de son entraîneur Paulo Sousa. Mais Maja travaille, fait du rab à l'entraînement... Surtout, il ne laisse pas passer sa chance mi-novembre après une blessure à la cuisse de son aîné.

- As de la précision -

A Reims (1-1), le nouvel international nigérian ouvre le score d'une talonnade sublime. Contre Nîmes (6-0) trois jours plus tard, il affole les compteurs avec un coup du chapeau retentissant.

"C'est un joueur important, qui amène des choses sur la profondeur et qui n'a pas besoin de beaucoup d'opportunités", remarque Sousa, bluffé par son taux de tirs cadrés (66,7%).

"Évidemment, je ne suis pas le plus fort, ni le plus grand (1,80 m) ni le plus rapide. Je dois être intelligent dans ma façon de me déplacer sur le terrain", confirme Maja.

Laurent Koscielny, qui l'a vu éclore à distance en Angleterre, estime que "c'est certainement l'un des meilleurs joueurs devant le but dans l'effectif et dans la finition" des Girondins.

"Il est capable de marquer du pied droit, du pied gauche, avec la bonne puissance, intérieur du pied. Il y a très peu de joueurs qui le font. Dans ses déplacements, il est très bon, physiquement aussi il a été éduqué à la Premier League, donc il sait ce que veut dire duels", conclut l'ancien d'Arsenal, le club préféré de Maja.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.