Accéder au contenu principal

Taïwan : la présidente sortante réélue Tsai Ing-wen, l'opposition pro-Pékin concède sa défaite

La présidente Tsai Ing-wen a voté pour l'élection présidentielle à Taïwan, le 11 janvier 2019.
La présidente Tsai Ing-wen a voté pour l'élection présidentielle à Taïwan, le 11 janvier 2019. © TyroneSiu,Reuters

La présidente sortante de Taïwan, Tsai Ing-wen, a été réélue samedi pour un nouveau mandat de quatre ans. Le candidat de l'opposition, Han Kuo-yu, a concédé sa défaite.

Publicité

La présidente sortante de Taïwan, Tsai Ing-wen, était en tête de l'élection présidentielle dans l'île, un scrutin crucial pour l'avenir des relations avec Pékin, selon des résultats définitifs samedi 11 janvier. 

Tsai Ing-wena réuni 8,1 millions de voix - 1,3 million de plus que lors de sa précédente victoire en 2016. Son principal adversaire Han Kuo-yu obtient 5,5 millions de voix soit 38,6% des suffrages, a annoncé la Commission électorale.

"Taïwan a montré au monde à quel point nous aimons notre mode de vie libre et démocratique ainsi que notre nation", a indiqué Tsai Ing-wen à la presse en annonçant sa victoire.

La Chine considère Taïwan comme une de ses provinces et a juré d'en reprendre un jour le contrôle, par la force si nécessaire. L'île de quelque 23 millions d'habitants est séparée politiquement du continent depuis sept décennies. La nation n'est toutefois considérée comme pays indépendant que par une poignée de capitales dont le nombre a fondu ces dernières années. 

Dix-neuf millions d'électeurs taïwanais étaient appelés à départager deux visions divergentes de l'avenir du territoire et de ses relations avec Pékin, son plus grand partenaire commercial. 

"La paix c'est que la Chine abandonne ses menaces contre Taïwan"

Tsai Ing-wen, en poste depuis 2016 – et qui a fait campagne contre le pouvoir communiste de Pékin, jugé autoritaire –, était opposée à Han Kuo-yu, qui défendait une approche plus souple, espérant notamment des retombées économiques pour l'île.

"La paix c'est que la Chine abandonne ses menaces contre Taïwan", a assuré la présidente. "J'espère que les autorités à Pékin comprendront que Taïwan, pays démocratique, et que notre gouvernement démocratiquement élu ne cèderont pas aux menaces et à l'intimidation".

Han Kuo-yu, qui a reconnu sa défaite, a indiqué à une foule d'électeurs dans sa ville de Kaohsiung avoir appelé la présidente Tsai pour la féliciter. "Elle a un nouveau mandat pour les quatre prochaines années", leur a-t-il dit. 

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.