Accéder au contenu principal

En Chine, l’épidémie de pneumonie enregistre un premier mort

Un homme quitte le centre médical de Wuhan, dans le centre de la Chine. La région connaît une épidémie de pneumonie. Une première personne est morte, ont annoncé le 11 janvier 2020 les autorités sanitaires.
Un homme quitte le centre médical de Wuhan, dans le centre de la Chine. La région connaît une épidémie de pneumonie. Une première personne est morte, ont annoncé le 11 janvier 2020 les autorités sanitaires. © Noel Celis, AFP

Une première personne est morte en Chine d’une épidémie de pneumonie qui serait causée par un nouveau virus de la même famille que le Sras. Les autorités surveillent l’épidémie qui s’est développée dans le centre du pays.

Publicité

L’épidémie de pneumonie qui touche le centre de la Chine a fait un premier mort, ont annoncé samedi 11 janvier les autorités sanitaires chinoises. Sur les 41 patients diagnostiqués avec ce nouveau type de coronavirus dans la grande ville de Wuhan (11 millions d'habitants), une personne est décédée, deux ont achevé leur traitement et sept sont toujours dans un état sérieux, a précisé la Commission municipale de l'hygiène et de la santé.

Les autorités chinoises avaient indiqué auparavant que 59 personnes étaient touchées par l'épidémie apparue fin décembre à Wuhan et qui avait fait craindre initialement une résurgence du Sras, responsable de la mort de 349 personnes en Chine continentale et 299 à Hong Kong en 2002-2003. La souche jusqu'ici inconnue est un coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus.

"Aucun nouveau cas n'a été détecté depuis le 3 janvier 2020. À l'heure actuelle, aucune infection parmi le personnel médical n'a été diagnostiquée, et aucune preuve claire de transmission entre humains n'a été établie", a précisé la commission.

Les patients sont principalement des exploitants d'entreprises sur un marché aux poissons de Wuhan, qui a été fermé le 1er janvier en raison de l'épidémie, selon la même source.

Les autorités de Hong Kong, région semi-autonome qui avait été durement touchée par le Sras en 2002-2003, a depuis pris des précautions, notamment en intensifiant la désinfection des trains et des avions, et le contrôle des passagers.

La Chine a depuis exclu une nouvelle réapparition du Sras.

L'épidémie survient juste avant la période annuelle de voyage la plus dense du pays, les vacances du Nouvel An lunaire fin janvier, où des dizaines de millions de personnes prennent le bus, le train et l'avion.

À Hong Kong, 48 personnes ont été hospitalisées ces derniers jours après leur retour de Wuhan, selon les autorités locales. Les patients présentaient des symptômes grippaux, mais il n'a pas été confirmé qu'elles avaient contracté le mystérieux virus.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.