Accéder au contenu principal

Le Dakar 2020 endeuillé par la mort du motard portugais Paulo Gonçalves

Le motard portugais Paulo Gonçalves avant sa chute mortelle lors de la 7e étape du Dakar 2020 entre Riyad et Wadi Al Dawasir, en Arabie saoudite, le 12 janvier 2020.
Le motard portugais Paulo Gonçalves avant sa chute mortelle lors de la 7e étape du Dakar 2020 entre Riyad et Wadi Al Dawasir, en Arabie saoudite, le 12 janvier 2020. © Franck Fife, AFP

Le motard portugais Paulo Gonçalves est mort, dimanche, lors de la 7e étape du rallye Dakar en Arabie saoudite après avoir été victime d'une chute, ont annoncé les organisateurs.

Publicité

Le Dakar, une nouvelle fois endeuillé. Le motard Paulo Gonçalves, deuxième de l'édition 2015 et qui disputait son treizième Dakar, est décédé, dimanche 12 janvier, après une chute au kilomètre 276 de la septième étape du rallye qui se déroule pour la première fois en Arabie saoudite.

Le pilote était inconscient et en arrêt cardio-respiratoire à l'arrivée de l'équipe médicale missionnée sur place. Après une tentative de réanimation, il a été héliporté vers l'hôpital, où son décès a été constaté.

C'est le pilote australien Toby Price, tenant du titre, qui roulait derrière Paulo Gonçalves et qui a trouvé le pilote au sol, a précisé David Castera, le patron du Dakar.

>> À lire aussi : "Grande première et polémique pour le Dakar 2020 sur les routes d'Arabie saoudite"

Sur des photos prises quelques instants après l'accident, on voit le pilote allongé au milieu d'une grande plaine de sable, sa moto quelques mètres plus loin.

Le Portugais, sacré champion du monde de rallye tout terrain en 2013, avait effectué ses débuts sur le célèbre rallye en 2006 et avait terminé quatre fois dans le top 10.

Après avoir cassé son moteur dans la troisième étape, Paulo Gonçalves occupait la 46e place du classement général à l'issue de la sixième spéciale.

"C'est un professionnel qui connaissait bien les risques"

"Paulo était quelqu'un qui était là depuis bien longtemps, qu'on connaissait tous, qui était quand même une figure du rallye", a déclaré David Castera. "Donc c'est des moments très difficiles."

Depuis la création du rallye, en 1978, 25 concurrents y ont trouvé la mort, dont 20 motards. Le dernier décès d'un pilote remontait à l'édition 2015 en Argentine.

"On sait tous que la moto, c'est dangereux", a déclaré David Castera, interrogé sur les risques de la catégorie moto. "Vous partez le matin, vous avez la boule au ventre parfois parce qu'on n'a pas de protection, on a rien. Ils le savent tous, ces pilotes-là", a ajouté le directeur du Dakar, qui a participé cinq fois à l'épreuve en moto. "En plus, c'est un professionnel qui connaissait bien les risques. Ce sport-là est un sport dangereux et on le sait."

Gonçalves, pilote de l'écurie Hero, avait pu prendre le départ du Dakar cette année de justesse après avoir subi un accident qui lui avait causé une fracture de la rate en décembre dernier. "Pour moi, être au départ est déjà une victoire", avait-il déclaré.

Au Portugal, son décès a fait réagir jusqu'au président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa. "Paulo Gonçalves est mort en tentant d'accomplir le rêve de remporter une des épreuves de rallye les plus dures et dangereuses au monde, dans laquelle il a toujours été un très digne représentant du Portugal", a réagi le chef d'État portugais dans un communiqué.

Le pilote portugais de Moto GP Miguel Oliveira lui a également rendu hommage sur son compte Facebook, louant son "courage" et sa "bravoure", alors que le président de la Fédération de motocyclisme du Portugal, Manuel Marinheiro, a évoqué la mémoire de celui qui était "un des pilotes les plus expérimentés du pays".

Un hommage lui sera rendu en soirée sur le bivouac, a annoncé David Castera.

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.