Accéder au contenu principal

Philippines : le volcan Taal menace, entraînant évacuations et annulations de vols

L'éruption phréatique du volcan Taal vue depuis la ville de Tagaytay, dans la province de Cavite, au sud-ouest de Manille, le 12 janvier 2020.
L'éruption phréatique du volcan Taal vue depuis la ville de Tagaytay, dans la province de Cavite, au sud-ouest de Manille, le 12 janvier 2020. © Bullit Marquez, AFP

Un des volcans les plus actifs des Philippines, situé près de la capitale, a craché dimanche un énorme nuage de cendres. Les autorités ont fait évacuer des milliers de personnes et annuler les vols à Manille.

Publicité

Les sismologues philippins ont enregistré des mouvements de lave sur le Taal, à quelque 65 km au sud de Manille, ce qui a entraîné l'évacuation de milliers de Philippins par précaution, ont annoncé dimanche 12 janvier les autorités. Les vols au départ et à destination de l'aéroport Ninoy Aquino de Manille ont été annulés, "jusqu'à nouvel ordre", a indiqué le gouvernement.

"Une dangereuse éruption est possible dans les heures ou les jours qui viennent", a averti l'agence sismologique nationale, alors que le Taal a craché dimanche un énorme nuage de cendres, haut de 1,5 kilomètre. Des mouvements de lave ont également été enregistrés.

Plus de 2 000 habitants vivant sur l'île où se trouve le Taal, au milieu d'un lac, ont été évacués par mesure de sécurité, ont indiqué les autorités locales.

Les habitants d'une île voisine pourraient également être évacués si la situation empire, a précisé Renato Solidum, chef de l'Institut de volcanologie et sismologie des Philippines. "La cendre a déjà atteint Manille. C'est dangereux si les gens l'inhalent", a-t-il dit à l'AFP.

La dernière éruption du Taal date de 1977, a-t-il précisé.

L'archipel des Philippines est situé sur la "ceinture de feu" du Pacifique, où les plaques tectoniques entrent en collision, provoquant séismes et activité volcanique réguliers.

 

En janvier 2018, des dizaines de milliers de personnes avaient dû être évacuées en raison d'une éruption du Mont Mayon, dans la région centrale de Bicol.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.