Accéder au contenu principal

Londres convoque l'ambassadeur iranien après l'arrestation de son diplomate à Téhéran

Dans les rues de Téhéran, le 13 janvier 2020, un poster rend hommage aux victimes de l'avion abattu "par erreur" par l'Iran.
Dans les rues de Téhéran, le 13 janvier 2020, un poster rend hommage aux victimes de l'avion abattu "par erreur" par l'Iran. © Atta Kenare, AFP

Le ministère britannique des Affaires étrangères a convoqué lundi l'ambassadeur d'Iran pour protester contre la brève arrestation de l'ambassadeur britannique à Téhéran. Les autorités iraniennes avaient reproché au diplomate d'avoir été présent dimanche à un "rassemblement illégal", en violation des conventions diplomatiques.

Publicité

Londres dénonce une "violation inacceptable de la Convention de Vienne". Lundi 13 janvier, le ministère britannique des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur d'Iran pour exprimer ses "vives objections" après la brève arrestation, samedi, de l'ambassadeur du Royaume-Uni à Téhéran.

Selon la BBC, l’ambassadeur Rob Macaire aurait été détenu un peu plus d’une heure pour avoir participé à une manifestation à Téhéran. Une heure de trop pour le Royaume-Uni qui a demandé à l'ambassadeur iranien Hamid Baeidinejad des assurances sur le fait que cela ne se reproduirait plus.

Téhéran a reproché à Rob Macaire d'avoir été présent à un "rassemblement illégal" en violation des conventions diplomatiques. Samedi, plusieurs centaines d’étudiants se sont rassemblés pour rendre hommage aux passagers du Boeing ukrainien abattu mercredi "par erreur" par l'Iran, majoritairement iraniens et canadiens. Mais le rassemblement s’est transformé en manifestation de colère.

"Je suis parti au bout de cinq minutes"

De son côté, Rob Macaire a déclaré sur Twitter ne pas avoir assisté à une manifestation mais avoir voulu se rendre à un événement "présenté comme une cérémonie d'hommage aux victimes de la tragédie du [vol] PS752". "C'est normal de vouloir rendre hommage – certaines des victimes étaient britanniques. Je suis parti au bout de cinq minutes, quand ils ont commencé à chanter."

Après ses dénégations initiales, l'Iran a reconnu samedi que ses forces armées avaient abattu "par erreur" d'un missile l'avion de la compagnie Ukraine International Airlines, provoquant une vague d'indignation dans le pays. Téhéran a souligné qu'au moment du tir, sa défense était sur le qui-vive en vue d'un possible "conflit total" avec les États-Unis.

Avec AFP

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.