Accéder au contenu principal

A Wall Street, le Dow Jones à un record après l'accord Chine-USA

Publicité

New York (AFP)

Wall Street a terminé en hausse mercredi, soutenue par la signature, sans grande surprise, de l'accord commercial partiel entre Washington et Pékin, et une salve de résultats d'entreprises de bonne tenue.

Son indice vedette, le Dow Jones, s'est apprécié de 0,31% pour finir à 29.030,22 points, clôturant pour la première fois au-dessus du seuil symbolique des 29.000 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est apprécié de 0,08%, à 9.258,70 points.

L'indice S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises cotés à Wall Street, est monté de 0,19% à 3.289,20 pour finir, comme le Dow Jones, à un niveau inédit.

Les indices ont nettement grimpé à l'approche de la signature à la Maison Blanche par le président américain Donald Trump et le vice-Premier ministre chinois Liu He de la première phase d'un accord commercial, avant de perdre du terrain en fin de séance.

Le texte de 94 pages est censé apporter une trêve à la guerre commerciale qui mine l'économie mondiale depuis son déclenchement par le président américain au printemps 2018.

La réaction du marché à son officialisation est restée modéré car "les indices ont déjà beaucoup grimpé depuis mi-octobre", estime Patrick O'Hare, de Briefing. "La valeur des entreprises en Bourse continue à monter mais avec un peu de plus de ralentisseurs sur la route", avance-t-il.

La Chine s'est notamment engagée à acheter pour 200 milliards de dollars de produits américains supplémentaires au cours des deux prochaines années. L'accord contient également des dispositions relatives à la protection de la propriété intellectuelle et aux conditions de transfert de technologies, autres grandes exigences des Etats-Unis.

Les droits de douane punitifs qui frappent actuellement plus de 370 milliards de dollars de produits chinois seront maintenus tant que la phase 2 de l'accord ne sera pas signé, a toutefois rappelé M. Trump.

Plusieurs grandes entreprises ont par ailleurs dévoilé leur résultats avant l'ouverture, l'assureur UnitedHealth (+2,83%), le gestionnaire d'actifs BlackRock (+2,30%) et Bank of America (-1,84%) dépassant les prévisions.

Si le titre de l'établissement financier recule, c'est probablement car ses bons résultats ont déjà été intégrés, estime Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services en soulignant qu'il a déjà progressé de 30% en Bourse au cours de l'année passé.

Les chiffres de Goldman Sachs (-0,18%) étaient plus mitigés avec une chute du bénéfice net de 26%.

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis reculait vers 21H20 GMT à 1,78%, contre 1,82% mardi à la clôture.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.