Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Au Liban, les hommes politiques pourchassés dans les lieux publics

Au Liban, les hommes politiques pourchassés dans les lieux publics
Au Liban, les hommes politiques pourchassés dans les lieux publics © Capture d'écran France 24

Non seulement la colère des Libanais ne faiblit pas, mais elle vise désormais directement les hommes politiques. Plusieurs d'entre eux ont été pourchassés dans des restaurants ou des supermarchés par des militants. Reportage à Beyrouth.

Publicité

Pas de répit pour les hommes politiques libanais. Dans les restaurants ou les supermarchés, les politiciens sont pourchassés par les militants dès qu’ils s’affichent en public. Un phénomène nouveau qui reflète l'étendue de la grogne populaire. Le vice- président du Parlement, Elie Ferzli, et le député Sami Fatfat en ont récemment fait les frais, alors qu'ils se trouvaient dans des restaurants de la capitale.

"Il s'agit d'un comportement inacceptable parce qu'il ne représente pas la volonté populaire. Il s'agit d'un manque de respect à la loi qui vise à faire chuter le régime, mais cela n'aura pas lieu", a déclaré à France 24 Elie Ferzli.

"Les gens haussent le ton parce qu'ils souffrent. Mais je ne sais pas quels résultats ils vont obtenir s'ils s'en prennent aux politiciens dans les restaurants. Tous les politiciens ne sont pas impliqués dans des affaires de corruption", abonde le député Sami Fatfat.

Pour les militants, c’est une nouvelle manière de dénoncer l'incurie des responsables face à la crise socio-économique et politique qui secoue le pays depuis des mois.

"Ils ont détruit le pays. Il s'agit donc d'une manière de leur mettre la pression. Les pourchasser dans les restaurants est la moindre des choses à faire. C'est la moindre des réactions face à leurs actions", explique le militant Gilles Samaha.

Plus de deux mois après le début de la contestation au Liban, la population continue d'appeler à la lutte contre la corruption et à des législatives anticipées. Mardi, les Libanais ont manifesté un peu partout dans le pays et des heurts ont eu lieu dans la soirée à Beyrouth entre manifestants et forces de l’ordre. Le pays attend toujours la mise en place d'un nouveau cabinet.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.