Accéder au contenu principal

À Milan, la campagne coup de poing avec Michelle Obama et Brigitte Macron

"Just because I'm a woman", campagne d'affiches contre les violences faites aux femmes, placardée sur les murs de la ville de Milan.
"Just because I'm a woman", campagne d'affiches contre les violences faites aux femmes, placardée sur les murs de la ville de Milan. © Miguel Medina, AFP

L'artiste italien aleXsandro Palombo fait campagne contre les violences conjugales en affichant le visage boursouflé, couvert de bleus et de cicatrices de plusieurs femmes politiques. Ses affiches sont placardées dans les rues de Milan, en Italie.

Publicité

Maquiller les visages bien connus de femmes du monde politique avec des marques de coups et du sang, pour alerter sur les violences faites aux femmes : le procédé choc est utilisé par un artiste italien, aleXsandro Palombo, dans une série d’affiches placardées dans les rues de Milan. Hillary Clinton, Angela Merkel, Brigitte Macron ou encore Michelle Obama sont ainsi grimées afin de susciter la prise de conscience.

Cette "campagne d'art de rue" est baptisée "Just because I am a woman" (Juste parce que je suis une femme), référence à la chanson écrite et interprétée par Dolly Parton. "La violence contre les femmes est un problème mondial qui touche tout le monde sans distinction de race, de classe sociale ou de religion", soulignent les affiches.

Outre la chancelière allemande et l'ex-candidate à la présidentielle américaine, les photographies mettent en scène la parlementaire démocrate américaine Alexandria Ocasio-Cortez, la cheffe de facto du gouvernement birman, Aung San Suu Kyi, et Sonia Gandhi, la présidente du Parti du Congrès, la principale formation d'opposition en Inde.

En affichant ainsi les visages violentés de quelques-unes des plus importantes femmes de la scène politique mondiale, aleXsandro Palombo entend "illustrer le drame qui touche des millions de femmes dans le monde entier (...) dans le but de dénoncer, sensibiliser et obtenir une véritable réponse des institutions et de la politique", a expliqué son bureau de presse dans un communiqué.

Sur chaque affiche, sous des visages portant des traces de coup et de strangulation, des phrases en anglais dénoncent la situation de nombreuses femmes à travers la planète : "Je suis victime de violence domestique, je suis payée moins, j'ai subi une mutilation génitale, je n'ai pas le droit de m'habiller comme je veux, je ne peux choisir qui je vais épouser, j'ai été violée."

L'artiste contemporain et militant aleXsandro Palombo, 45 ans, est connu pour son travail de détournement à visée politique de visuels connus, parfois iconiques. Parmi ses œuvres les plus importantes figurent "Disabled Disney Princesses" ("les princesses handicapées de Disney") ou "The Simpsons Go to Auschwitz" ("Les Simpson vont à Auschwitz").

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, il avait lancé la campagne #BriefMessage invitant les femmes à dénoncer les violences en écrivant un message sur leur culotte et en partageant la photo ensuite sur Internet.
 

 

 

NewsletterNe manquez rien de l'actualité internationale

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.