Accéder au contenu principal

Réforme des retraites : les actions ciblées se multiplient, la CFDT visée

Des grévistes bloquent l'entrée du Musée du Louvre à Paris, le 17 janvier 2020, l'une des actions actions contre la réforme des retraites lors de cette 44ème journée de mobilisation.
Des grévistes bloquent l'entrée du Musée du Louvre à Paris, le 17 janvier 2020, l'une des actions actions contre la réforme des retraites lors de cette 44ème journée de mobilisation. REUTERS - Gonzalo Fuentes

Plusieurs actions ciblées ont été menées, vendredi, au 44e jour du mouvement, dont une intrusion "violente" au siège de la CFDT, selon son numéro un, Laurent Berger. Pour le président Emmanuel Macron, "ces violences sont une honte pour notre démocratie".

Publicité

Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites a connu un tassement, jeudi 16 janvier, des actions ciblées ont été menées vendredi 17 janvier, lors de la 44e journée. Le siège du syndicat réformiste de la CFDT a notamment été envahi de manière "violente", selon son secrétaire général Laurent Berger.

"Quelques dizaines d'individus se sont introduits violemment dans les locaux de la confédération" CFDT à Paris à la mi-journée et ont "agressé verbalement et physiquement des salariés", a dénoncé dans un tweet le secrétaire général du premier syndicat français, favorable au système universel de retraite par points, dénoncé par les grévistes.

"Nous condamnons cet acte et nous ne nous laisserons pas intimider", a-t-il ajouté. Interrogée par l'AFP, la CFDT a estimé qu'il s'agissait d'une action de la "coordination SNCF-RATP", née aux premières évocations d'une grève illimitée, en octobre. Le président Emmanuel Macron a également réagi dans la soirée en estimant, lors d'une interview accordée à la chaine LCI, que "ces violences [étaient] une honte pour notre démocratie".

Les salariés de la culture toujours mobilisés

Plus tôt dans la matinée, plus d'une centaine de manifestants ont bloqué l'entrée de la pyramide du Louvre en agitant des drapeaux et scandant: "On ira jusqu'au retrait !". Ils appelaient les touristes massés devant les barrières de sécurité à s'associer au mouvement : "Les touristes avec nous !" – sans succès, s'attirant même quelques huées en retour.

L'Opéra de Paris, qui cumule les annulations de spectacles depuis le 5 décembre, a prévenu ses spectateurs que le déroulement des représentations "du 17 au 22 janvier pourrait être remis en cause".

Les salariés de la culture restent mobilisés avec un appel de la CGT spectacle à manifester lors des vœux du ministre de la Culture à la profession, lundi 20 janvier à 18 h 30 à la Bibliothèque nationale de France (BNF).

Le trafic SNCF sera encore perturbé ce week-end par la grève mais devrait connaître une nouvelle amélioration avec davantage de TER (neuf sur dix) et de Transilien (huit sur dix) en circulation. Le service des TGV sera "quasi normal", a annoncé la direction.

Pénurie de lait

Le taux global de grévistes à la SNCF, remonté à 10,1 % jeudi pour la sixième journée de mobilisation nationale interprofessionnelle, est redescendu vendredi à 4,6 %. Il était au plus haut (55,6 %) lors du premier jour de la grève illimitée, le 5 décembre, et au plus bas lundi à 4,3 %.

La grève était moins observée cette semaine dans l'énergie où, selon le ministère de la Transition écologique, seulement une moitié des raffineries connaissaient jeudi des perturbations de leurs expéditions. Mais les ports et docks avaient pris le relais.

L'opération "ports morts" lancée par la CGT jusqu'à jeudi soir s'est déjà traduite par des pénuries de certains produits frais - lait, fromages ou jambon - dans les grandes surfaces des territoires d'outre-mer, a constaté l'AFP.

À la Banque de France, le mouvement de grève engagé lundi 13 par plusieurs syndicats, dont la CGT, se poursuit sur plusieurs sites. Au centre fiduciaire de La Courneuve, il concerne une dizaine d'agents, les opérateurs de monnaie ayant repris le travail.

Selon Pascal Gabay de la CGT Banque de France, "le mouvement va s'étendre aux transporteurs de fonds (qui alimentent les distributeurs), notamment en Île-de-France".

Les avocats ne désarment pas davantage, avec des actions un peu partout en France pour les audiences solennelles de rentrée des cours d'appel.

Près de 300 avocats ont ainsi observé, vendredi, à Caen, une minute de silence. À Orléans, ils ont accroché des ballons noirs aux grilles du palais de justice et à Bourges, ils ont chanté "Bella ciao", avant de jeter leurs robes à terre. À Blois, le barreau avait organisé un petit-déjeuner devant le Palais de justice.

Une centaine d'avocats ont observé un sit-in silencieux à Lyon, peu avant l'audience au dernier jour du procès de l'ex-père Preynat, accusé de pédophilie. À Grenoble, leurs homologues ont formé une haie d'accueil des autorités invitées à l'audience de rentrée de la cour d'appel.

L'intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU, CFE-CGC et des organisations de jeunesse) a appelé à de nouvelles actions et manifestations la semaine prochaine, avec une 7e journée de mobilisation interprofessionnelle en point d'orgue, vendredi 24 janvier, à l'occasion de la présentation du projet de réforme des retraites en Conseil des ministres.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.