Accéder au contenu principal

Cessez-le-feu en Libye, embargo : ce qu'il faut retenir du sommet de Berlin

Vue générale du sommet au sujet de la Libye à Berlin, en Allemagne, le 19 janvier 2020.
Vue générale du sommet au sujet de la Libye à Berlin, en Allemagne, le 19 janvier 2020. © Kay Nietfeld, Pool via Reuters

Les participants au sommet de Berlin se sont prononcées en faveur d'un renforcement de l'embargo sur les armes imposé à la Libye dans l'espoir de parvenir à un cessez-le-feu durable. Mais les belligérants, Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar, ne sont pas parvenus "pour l'instant" à entamer un "dialogue sérieux", selon le ministre russe des Affaires étrangères.

Publicité

Les dirigeants des principaux pays concernés par le conflit en Libye se sont engagés, dimanche 19 janvier, à respecter l'embargo sur les armes décidé en 2011 par les Nations unies et à renoncer à toute "interférence" étrangère dans le conflit.

Lors d'une conférence sous l'égide de l'ONU à Berlin, onze pays dont la Russie et la Turquie ont convenu qu'il n'existait pas de "solution militaire" à ce conflit, qui déchire la Libye depuis près de 10 ans, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel à l'issue d'une demi-journée de discussions.

Appel à former une "Commission militaire"

Les participants ont aussi appelé à un cessez-le-feu permanent sur le terrain, qui se fait attendre malgré l'entrée en vigueur le 12 janvier d'une fragile trêve entre belligérants.

Pour s'assurer du respect effectif et durable de la fin des hostilités, des rencontres inter-libyennes entre représentants militaires des deux camps devraient être organisées prochainement. Une invitation sera lancée "dans les prochains jours", a assuré Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU.

Pour la consolidation du cessez-le-feu, l'émissaire de l'ONU avait appelé les deux camps rivaux à former une "Commission militaire" composée de dix officiers, cinq de chaque côté. Cette commission aura pour mission de définir sur le terrain les mécanismes de mise en oeuvre du cessez-le-feu.

"Respect" de l'embargo sur les armes

Les participants se sont accordés pour "respecter" strictement l'embargo sur les armes et que "cet embargo serait plus strictement contrôlé qu'auparavant", a expliqué la chancelière lors d'une conférence de presse commune avec Antonio Guterres, et l'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé.

L'embargo a été décrété en 2011 par l'ONU mais est largement resté lettre morte.

"Nous avons assisté à une escalade dans le conflit. Il a atteint ces derniers jours une dimension dangereuse", a en effet fait valoir Antonio Guterres, pointant le "risque d'une véritable escalade régionale".

Engagement à "renoncer à des interférences" dans le conflit libyen

Autre point sensible du conflit : les interventions plus ou moins directes de pays étrangers dans ce conflit. "Tous les participants se sont également engagés à renoncer à des interférences dans le conflit armé ou les affaires intérieures de la Libye", a indiqué Antonio Guterres.

La Turquie soutient en effet militairement le gouvernement de Fayez al-Sarraj à Tripoli et la Russie, malgré ses dénégations, est soupçonnée d'appuyer l'homme fort de l'Est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar.

Depuis la reprise des combats entre camps rivaux en Libye en avril 2019, plus de 280 civils et 2 000 combattants ont été tués et, selon l'ONU, plus de 170 000 habitants ont été déplacés.

Pas de "dialogue sérieux" entre les belligérants "pour l'instant"

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a par ailleurs indiqué que les deux belligérants du conflit libyen n'étaient pas parvenus à entamer un "dialogue sérieux" lors du sommet international à Berlin.

"La conférence a été très utile (...) mais il est clair qu'on n'a pas réussi pour l'instant à lancer un dialogue sérieux et stable" entre Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar, a déclaré le chef de la diplomatie russe à la presse à l'aéroport de Berlin.

"Les parties libyennes ont fait un petit pas en avant par rapport à la rencontre à Moscou" lundi dernier, à l'issue de laquelle le maréchal Haftar avait refusé de signer un accord de cessez-le-feu, affirmant avoir besoin de plus de temps, a-t-il reconnu.

Comme à Moscou, les deux chefs rivaux ne se sont pas rencontrés dans la capitale allemande.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.