Accéder au contenu principal

Cyclisme: quatre choses à savoir sur le WorldTour 2020

Publicité

Paris (AFP)

Parcours, transferts, ambitions, nouveautés: quatre choses à savoir sur la saison WorldTour qui démarre mardi en Australie par le Tour Down Under:

Les grimpeurs à la fête

2020, année des grimpeurs ? Ils ont déjà pour eux les moments-clé des grands tours, ils auront cette saison la course des JO de Tokyo et des Mondiaux en Suisse pour faire valoir leurs qualités. A parité avec les puncheurs du type de Julian Alaphilippe qui, après l'Espagnol Alejandro Valverde (candidat à l'or olympique à près de 40 ans), incarne cette catégorie à son aise aussi dans les classiques.

"Je suis conscient que c'est peut-être la meilleure année de ma carrière", estime prudemment le Français pour 2019. Il affirme avoir "remis les compteurs à zéro" pour mieux se projeter sur un programme très excitant. "Je ne voulais pas rester sur mes acquis", explique-t-il. En ligne de mire de son printemps, le Tour des Flandres qu'il va découvrir ("j'en rêve depuis longtemps") et les classiques ardennaises.

La nouvelle puissance du Tour

Le Slovène Primoz Roglic, vainqueur de la Vuelta, le Néerlandais Steven Kruijswijk (3e du Tour 2019) et le renfort majeur, le Néerlandais Tom Dumoulin: Jumbo compte présenter un trio de leaders pour gagner le prochain Tour de France, confisqué ces dernières années par la formation Ineos (ex-Sky).

Le groupe britannique, confronté à la menace néerlandaise, a déjà annoncé miser sur les deux premiers du Tour 2019, le Colombien Egan Bernal et le Gallois Geraint Thomas. Avec, peut-être, Chris Froome. A condition que le quadruple vainqueur du Tour redevienne compétitif après son grave accident de juin dernier. "Il a très envie d'une cinquième victoire et travaille très dur pour atteindre le niveau requis", note son patron Dave Brailsford, sans préciser pour autant le programme du coureur britannique.

Thibaut Pinot, que les supporters français attendent impatiemment sur le Tour au vu de son parcours 2019 qui lui a laissé espérer la victoire jusqu'à deux jours de l'arrivée, se frotte les mains de la situation: "Je suis plutôt content qu'il y ait une rivalité entre Jumbo et et Ineos, ça va un peu +se monter+ dessus, à moi d'en profiter. Plus ça roulera vite dans les cols, mieux ce sera pour moi si j'ai les bonnes jambes."

Les espoirs sont déjà grands

Pour avoir renversé tous les codes l'année passée, Remco Evenepoel suscite une immense curiosité. Jusqu'où ira le jeune Belge, sur le point de fêter ses 20 ans ? Rendez-vous au Giro, son premier grand tour et aussi son premier test en haute montagne, et aux JO. "Il n'est jamais trop tôt pour gagner", a déjà annoncé le prodige.

D'autres jeunes bousculent la hiérarchie. Dans le Tour, c'est le Slovène Tadej Pogacar (21 ans) qui fera ses débuts. L'an dernier, il est monté, pour sa première année dans l'élite, sur le podium de la Vuelta (3e). Dans Paris-Roubaix, c'est l'attraction Mathieu van der Poel, la terreur des cyclo-cross, qui s'inscrira d'emblée parmi les favoris. Le Néerlandais (25 ans), petit-fils de Raymond Poulidor, disputera la plupart des classiques du printemps avant de se consacrer au VTT pour tenter de devenir champion olympique à Tokyo.

Une équipe israëlienne dans le WorldTour

La présence d'une formation israëlienne, une première pour ce pays, représente la principale nouveauté du WorldTour, si l'on considère que le retour de l'équipe française Cofidis (avec Viviani) et la généralisation des freins à disques relèvent de la logique. Isräel Start-up Nation, qui a repris Katusha, est qualifiée pour toutes les courses, Tour de France compris.

A l'intersaison, aucune star n'a raccroché le vélo même si les plus connus des nouveaux retraités (Cummings, S. Dumoulin, Devolder, Bennati, Eisel, Renshaw, Phinney) ont longtemps écumé les courses majeures. Le peloton de l'élite 2020, c'est 540 coureurs -106 d'entre eux débutent dans le WorldTour- répartis en dix-neuf équipes. Deux (l'Américain Quinn Simmons chez Trek, l'Espagnol Carlos Rodriguez chez Ineos) n'ont pas même 19 ans. La tendance est au jeunisme, même si le cyclisme reste un sport de tradition. Parfois récente à l'exemple du Tour Down Under. La course australienne a été créée en 1999.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.