Accéder au contenu principal

Crispations en Algérie à l'approche de la CAN-2020 de futsal au Sahara occidental

Le Polisario a proclamé une République arabe sahraouie démocratique (RASD) en 1976.
Le Polisario a proclamé une République arabe sahraouie démocratique (RASD) en 1976. © Stringer, AFP
3 mn

L'Algérie ne masque pas son irritation, alors que la CAN-2020 de futsal, organisée par le Maroc au Sahara occidental, doit débuter dans une semaine. Le territoire sahraoui est au cœur d'un conflit entre les autorités marocaines et le Front Polisario, soutenu par l'Algérie, et qui y milite pour l'indépendance.

Publicité

À une semaine du coup d'envoi de la Coupe d'Afrique des nations 2020 de futsal, les protestations se multiplient en Algérie. En cause : la décision du Maroc de l'organiser au Sahara occidental, dans la partie de ce territoire disputé qu'il considère comme sien.

Cette compétition de futsal, discipline apparentée au football, doit se tenir du 28 janvier au 7 février à Laâyoune, la ville la plus importante de ce territoire désertique, dont le devenir oppose depuis plusieurs décennies le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario, alliés d'Alger.

L'Algérie s'en prend à la CAF

En ligne avec les positions d'Alger sur le dossier du Sahara occidental, le Comité olympique algérien (COA) a demandé à la Confédération africaine de football (CAF) "d'éviter tout acte ou manoeuvres d'essence politique [...] contraires aux dispositions de la Charte olympique", dans un communiqué publié dimanche.
Car pour Alger, laisser Rabat organiser un championnat à Laâyoune revient à cautionner la position du Maroc, qui considère le Sahara occidental comme partie intégrante de son territoire depuis le départ des colons espagnols.

Le COA a emboîté le pas à la Fédération algérienne de football (FAF). Cette dernière a récemment fustigé, dans une lettre au président de la CAF, "cette décision à connotation politique", qui "prône la division au sein de la famille de la CAF".

La FAF a fait savoir qu'elle ne prendrait pas part, si elle était conviée, aux festivités du 63e anniversaire de la CAF qui doivent avoir lieu dans la foulée de la CAN.

Le Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui s'en est pris directement au président de la CAF, le Malgache Ahmad Ahmad, accusé de "couvrir, sinon être complice d'une politisation outrancière des événements sportifs". Et une association algérienne de promotion du sport féminin a pour sa part "dénoncé l'instrumentalisation politique du sport".

Boycott de l'Afrique du Sud

Conformément à la position de Pretoria sur le Sahara occidental, la Fédération sud-africaine de football (SAFA) a, elle, décidé de retirer son équipe de la compétition parrainée par le géant pétrolier Total. Héritage des lignes de partage de la Guerre froide, le Congrès national africain (ANC) soutient le Front Polisario.

Le Sahara occidental est toujours considéré comme un "territoire non autonome" par l'ONU en l'absence d'un règlement définitif. Les discussions pour un règlement politique sont au point mort, malgré une récente tentative de relance de l'ONU.

Cette étendue désertique située au nord de la Mauritanie est en grande partie contrôlée par le Maroc, qui veut une "autonomie sous contrôle" dans cette zone. Le Front Polisario milite, lui, pour l'indépendance et réclame un référendum d'autodétermination.

Avec AFP
 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.