Accéder au contenu principal

Rallye Monte-Carlo: Ogier tente le grand huit

4 mn
Publicité

Gap (AFP)

Le Français Sébastien Ogier va tenter d'accrocher le record de huit victoires, dont sept consécutives, au Rallye Monte-Carlo de jeudi à dimanche, afin d'entamer du bon pied sa collaboration avec Toyota en Championnat du monde (WRC).

A 36 ans, Ogier a rejoint l'écurie japonaise pour ce qui est annoncé comme sa dernière saison en WRC et aura à coeur de montrer qu'il est en mesure de reprendre la couronne mondiale à l'Estonien Ott Tänak, lui-même passé de Toyota à Hyundai.

"Le Monte-Carlo est le rallye que je veux le plus gagner pendant la saison", a souligné mercredi le sextuple champion du monde, tout en ajoutant que "nous avons besoin de quelques épreuves spéciales, de plus de kilomètres pour savoir où nous nous situons".

Il a réalisé le meilleur temps du "shakedown" mercredi soir mais il reconnait lui-même que cette mise en jambes avant le début des choses sérieuses jeudi soir ne signifie pas grand-chose.

Une nouvelle victoire au Monte-Carlo lui permettrait aussi d'inscrire son nom au palmarès de l'épreuve légendaire avec un 5e constructeur différent (1 avec Peugeot en 2009 en Intercontinental Rally Challenge, 3 avec Volkswagen, 2 avec M-Sport Ford et 1 avec Citroën en WRC depuis 2014).

Mais il aura sur sa route Tänak, qui étrennera sa couronne mondiale et aura à coeur de montrer qu'il peut faire aussi bien chez Hyundai que chez Toyota.

- Loeb à l'affût -

"La saison commence avec ce qui est sans doute l'épreuve la plus difficile", souligne le champion de 32 ans.

"Pour rendre les choses encore plus compliquées, je suis dans une nouvelle équipe et avec une nouvelle voiture qu'il me faudra apprendre dans des conditions piégeuses", rappelle-t-il, même "si on participe toujours à un rallye avec l'intention de le gagner".

Il avait terminé 3e l'an dernier derrière Thierry Neuville, qui est son coéquipier chez Hyundai cette année.

Le Belge a terminé les quatre dernières saisons sur la 2e marche du podium final du championnat et il voudra marquer son territoire face à Tänak. "Nous avons déjà couru sur ce parcours ces dernières années et nous savons quelles parties seront à l'ombre toute la journée et donc glissantes, mais il y a toujours des surprises au +Monte+", souligne le pilote ardennais.

Quant au directeur sportif de l'écurie sud-coréenne, Andrea Adamo, il juge que la rivalité entre ses deux pilotes sera "gérable", tout en confiant: "mais tout dépend quel sens on donne à ce mot".

Les deux hommes devront aussi compter avec Sébastien Loeb, sept fois vainqueur du "Monte" comme Ogier, entre 2003 et 2013. Le Français effectue à 45 ans une de ses "piges" annuelles pour l'équipe sud-coréenne et avait accroché une 4e place l'an dernier alors qu'il rentrait tout juste du Dakar.

"Avec notre meilleure connaissance de la voiture, on pourra faire encore mieux" cette année, espère le nonuple champion du monde, toujours guidé par son copilote monégasque Daniel Elena.

- Temps clément annoncé -

Le rallye verra aussi débuter le Gallois Elfyn Evans et le Finlandais Kalle Rovanperä, âgé de seulement 19 ans, chez Toyota, qui fera aussi poursuivre au Japonais Takamoto Katsuta son apprentissage dans la catégorie reine.

Le Finlandais Esapekka Lappi a trouvé lui chez M-Sport Ford un nouveau volant après le retrait de Citroën et y sera épaulé par son compatriote Teemu Suninen et le Britannique Gus Greensmith.

La météo prévoit un temps plutôt clément pendant les quatre jours de cette 88e édition du Monte-Carlo, avec de la glace en altitude mais sans chute de neige annoncée.

Couvrant 1.505 kilomètres, dont 16 spéciales totalisant 304 km, le rallye verra les deux premières ES se disputer en nocturne jeudi, avec le retour pour la première fois depuis 1994 de celle de Malijai-Puimichel. Vendredi, les concurrents découvriront également un nouveau tronçon (Saint Clément-sur-Durance/Freissinières) alors que le reste du parcours sera le même que l'an dernier.

Ils gagneront Monaco samedi soir avant les spéciales de la dernière journée dimanche qui les verront gravir deux fois le célèbre col de Turini, une fois dans chaque sens, avant de disputer vers midi l'ultime "Power Stage" qui rapporte des points supplémentaires au championnat du monde.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.