Accéder au contenu principal

NBA Paris Game : l'édition 2021 confirmée, une pérennisation envisagée

Adam Silver, le patron de la NBA.
Adam Silver, le patron de la NBA. © Vaughn Ridley, Getty Images North America, AFP

Alors que se profile le tout premier match de saison régulière de la NBA à Paris, vendredi 24 janvier, le patron de la Ligue nord-américaine de basket-ball, Adam Silver, a officialisé la tenue d'une édition 2021. Il assure même que la NBA "sera à Paris de nombreuses années".

Publicité

C'est une grande première qui en appelle visiblement d'autres. À l'occasion d'un point presse, le patron de la NBA Adam Silver a annoncé qu'un nouveau match de saison régulière de la compétition serait organisé à Paris en 2021, à la veille du tout premier accueilli par la capitale française, vendredi 24 janvier à l'AccorHotels Arena de Paris-Bercy. Une officialisation qui vient confirmer les bruits de couloirs de ces dernières semaines, ainsi que le souhait de la Ligue nord-américaine de basket-ball de s'implanter durablement dans la capitale française. Silver ne s'en est d'ailleurs pas caché, assurant que la NBA serait "à Paris de nombreuses années", tout en précisant qu'aucun accord n'avait, pour l'heure, matérialisé ce souhait.

Y aura-t-il un autre match à Paris l'année prochaine et la NBA va-t-elle s'installer à Paris pour longtemps ?

Adam Silver : Nous reviendrons. Nous rejouerons l'année prochaine en janvier. Nous ne savons pas encore avec quelles équipes. Nous discutons déjà avec plusieurs d'entre elles. Nous avons déjà trop de candidats ! Le match de cette année n'a pas encore eu lieu, mais nous voyons l'énorme intérêt suscité chez les gens, qui sont encore en train d'essayer d'acheter des billets, dans les médias et chez un nombre jamais vu de sponsors. Nous serons à Paris pour de nombreuses années, même si pour le moment le seul engagement que nous avons est pour l'année prochaine.

Qu'est-ce qui rend Paris attractif pour la NBA et pourquoi avoir quitté Londres après neuf ans ?

D'abord le fait que la France est un grand marché pour le basket. Il y a une longue tradition, un fédération de première classe qui produit un nombre étonnamment élevé de joueurs de NBA. Il y a aussi les relations étroites entre la France et les États-Unis. C'est un marché très attirant pour les fans, pas seulement pour les Américains mais dans toute l'Europe. Cet événement de mi-saison est devenu par beaucoup d'aspects comme un All Star Game européen. Ce qui aide aussi, c'est que Paris est une belle ville, avec des hôtels de première classe, des restaurants, de l'activité touristique. Ce sont un peu les mêmes raisons qui font que des gens du monde entier visitent Paris. La question n'était pas celle d'une manque de popularité à Londres, c'était le moment de bouger. Il y a eu une longue période durant laquelle l'Arena [de Bercy] était en rénovation, ensuite elle a dû rattraper son retard de calendrier avec d'autres événements, ce qui a rempli la salle et retardé de quelques années notre retour."

Comment les franchises ont-elles été choisies ?

C'est un ensembe de facteurs. Cela dépend de l'intérêt des équipes, de la popularité de leurs joueurs, parfois de leur connexion avec certains marchés. Cette année, nous avons Milwaukee qui est en tête de la ligue et qui a un joueur européen, Giannis Antetokounmpo, notre dernier MVP. Charlotte a un joueur français [Nicolas Batum] et Michael Jordan [le propriétaire] voulait revenir à Paris où il était immensément populaire comme joueur. Beaucoup d'équipes voudraient jouer. Il y a un avantage pour celles de la conférence Est car le voyage est plus facile. Nous n'avons jamais dû contraindre les équipes car nous avons énormément de volontaires.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.