Accéder au contenu principal

Wall Street ouvre en baisse après une série de résultats contrastés

Publicité

New York (AFP)

Wall Street reculait à l'ouverture jeudi, les investisseurs digérant une nouvelle salve de résultats d'entreprises comme American Airlines et Procter & Gamble et restant sur leurs gardes face à la propagation d'un virus en Chine.

Vers 14H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,55% à 29.024,54 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 0,42% à 9.344,81 points et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, cédait 0,45% à 3.306,80 points.

Wall Street avait terminé sans direction franche mercredi, tiraillée entre les chiffres trimestriels contrastés de grand noms de la cote comme IBM ou Netflix: le Dow Jones avait reculé de 0,03% tandis que le Nasdaq, avait grapillé 0,14%.

Alors que la saison des résultats bat son plein, jeudi a apporté son nouveau lot de diverses performances.

A titre d'exemple, "le membre du Dow Jones, Procter & Gamble, a dévoilé un chiffre d'affaires inférieur aux attentes, Comcast a dépassé les prévisions, Southwest Airlines a mis en avant l'impact négatif de l'interdiction de vol du 737 Max, Union Pacific a affiché des bénéfices plus faibles que prévu et Texas Instruments a fait mieux qu'attendu", énumèrent les analystes de Charles Schwab.

Les acteurs du marché continuaient par ailleurs à surveiller la situation en Chine, où les autorités ont confiné jeudi des millions d'habitants dans deux grandes villes, y compris la métropole de Wuhan d'où est parti un nouveau virus qui a commencé à se répandre dans le monde et mobilise les autorités sanitaires internationales.

"La réaction du marché à cette épidémie s'est concentrée sur les titres des entreprises liées au tourisme avec une exposition chinoise. Les sociétés de casinos qui opèrent à Macao ont vu leurs actions chuter, tout comme les compagnies aériennes", remarque Art Hogan de National Holdings.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) réunissait de nouveau jeudi son comité d'urgence pour décider si le nouveau virus constitue une "urgence de santé publique de portée internationale".

"Au cours des 20 dernières années, l'OMS a décrété 17 urgences de santé publique, pour par exemple le SRAS, le virus Zika, Ebola et MERS", relève M.Hogan. "Si l'impact humain est incommensurable, l'impact économique varie considérablement dans chaque situation. En général, l'impact sur les marchés boursiers a pour sa part eu tendance à être de courte durée et les marchés ont en général récupéré leurs pertes en 30, 60 ou 90 jours", ajoute-t-il.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine continuait à reculer, évoluant à 1,720% contre 1,769% mercredi à la clôture.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.