Accéder au contenu principal

Kitzbühel, temple de la démesure

Publicité

Kitzbühel (Autriche) (AFP)

Les skieurs s'attaquent dès vendredi à la mythique étape de Kitzbühel, habituel temps fort de la saison de ski alpin, épreuve où tout est démesuré, sur et en-dehors de la piste.

Tout a été dit sur la "Streif", la terrible piste de descente dévalée samedi: les skieurs atteignent 85 km/h quelques secondes après le départ, avant un premier saut de 80 m (le Mausefalle) qui les mène sur un monstrueux virage à droite (le Karussel), puis sur le dévers glacé du Steilang, l'un des passages les plus exigeants de la saison.

"La piste est folle. Tu peux la faire dix fois elle reste incroyable", souffle l'entraîneur de l'équipe de France Xavier Fournier.

Ces deux minutes de pure folie résument parfaitement l'évènement sportif majeur de l'année en Autriche, pays amoureux du ski alpin.

Le week-end du "Hahnenkamm" (la crête de coq, nom de la montagne qui abrite la Streif) attire environ 90.000 spectateurs dans cette station colorée du Tyrol autrichien de 8.000 habitants.

"La plupart des couchages sont réservés plusieurs années à l'avance, explique à l'AFP Viktoria Weider-Vasler, la cheffe de l'office du tourisme de la ville. C'est très compliqué de trouver une chambre en centre-ville."

"Une semaine avant les courses, toute la ville commence à vibrer, comme si les gens ne pouvaient attendre le départ", continue-t-elle.

- Les skieurs sont "rois" -

Le "Hahnenkamm" dispose de sa propre gare où le nombre de trains est quasiment multiplié par deux, les spectateurs arrivant des villes alentours de cette large vallée plutôt dédiée au ski de fond.

"C'est devenu un tel spectacle, avec du monde... Mais ici tout est fait pour les coureurs, ce sont eux les rois, assure M. Fournier. Pour nous c'est le top. En bas de la piste ils ont un bar pour eux, en haut seuls les coureurs peuvent monter, les remontées sont bien organisées."

Chouchoutés, les champions le sont aussi avec le "prize-money" le plus généreux du circuit, encore augmenté de 25% cette année: au total 725.000 euros seront distribués pour les trois courses, avec notamment un chèque rondelet de 100.000 euros pour les vainqueurs de la descente samedi et du slalom dimanche, contre 68.500 euros pour celui qui soulèvera le trophée du super-G vendredi.

A Kitzbühel, les festivités, arrosées, se prolongent tard la nuit autour des vedettes locales attirées par les lumières de la station, notamment Arnold Schwarzenegger.

Une star cependant manque à l'appel: tenant du titre et triple vainqueur sur la Streif, l'Italien Dominik Paris s'est rompu le ligament croisé antérieur du genou droit mardi à l'entraînement et a mis fin à sa saison alors qu'il était 2e du classement de la descente et 4e du général de la Coupe du monde.

Le Suisse Beat Feuz hérite donc du statut de favori, alors que les Français compteront notamment sur Johan Clarey, 2e du super-G l'an passé et 3e de la descente en 2017.

Programme de l'étape de Coupe du monde de Kitzbühel:

Vendredi 24 janvier, super-G à partir de 11h30

Samedi 25 janvier, descente à partir de 11h30

Dimanche 26 janvier, slalom, 1re manche à 10h30, 2e manche à 13h30

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.