Accéder au contenu principal

A Mulhouse, une résidence d'artistes réinvente la friche culturelle

Publicité

Mulhouse (AFP)

Installé à Mulhouse (Haut-Rhin) au coeur d'un ancien site industriel en pleine réhabilitation, l'atelier d'artistes Motoco offre à quelque 140 créateurs un lieu de travail bon marché et pérenne, un "laboratoire" d'idées qui suscite la curiosité en France et à l'étranger.

Quelque 100.000 m2 d'imposants bâtiments en briques rouges, répartis sur plus de 70 hectares en plein Mulhouse: bienvenue sur l'ancien site historique de l'entreprise de textile DMC, ex-fleuron de l'industrie alsacienne.

Au milieu de cette zone un temps restée en friche, le bâtiment 75, QG de Motoco (abréviation de "More to come", "plus à venir"). Avec 140 artistes et artisans français et internationaux, c'est l'une des plus importantes résidences d'ateliers de création en France.

Les résidents se partagent deux immenses étages où "chacun dispose de son atelier", du plus grand (250 m2) au plus petit (10 m2), loué à prix dérisoire : 1,83 euro mensuel le mètre carré, plus 15 euros de charges annuelles, explique Martine Zussy, 49 ans, la directrice de Motoco.

Le lieu, qui commence à se tailler une belle réputation, attire de plus en plus d'artistes et d'artisans - plasticiens, photographes, céramistes, mais aussi urbanistes ou architectes -, tous choisis par une commission. "Nous avons eu environ 200 candidats entre fin 2018 et 2019", glisse Mme Zussy.

- Modèle unique -

Une vigueur qui tranche avec des débuts compliqués: lancé en 2012, Motoco s'est retrouvé en liquidation quatre ans plus tard. L'agglomération mulhousienne (M2A), propriétaire de la majorité du site DMC et donc du bâtiment 75, se tourne vers Martine Zussy, alors chargée de développement économique à la chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Mulhouse.

L'objectif: maintenir Motoco et garantir aux artistes des loyers très bas, sans subventions. Equation classique des friches en reconversion culturelle, soupire Mme Zussy. "Elles sont vite confrontées à une problématique d'exploitation immobilière, passent sur de la +start up+" et "virent les artistes".

Un scénario qu'elle voulait "à tout prix" éviter à Motoco.

Sa solution? A la fois simple et innovante pour ce type de structure: louer les étages à très bas prix et financer cette activité, déficitaire, en louant pour de l'événementiel les deux immenses salles vides du rez-de-chaussée, anciennement dévolues à la filature. Elle propose également aux résidents d'être rémunérés en réalisant la décoration et la scénographie des événements (fêtes d'entreprises, lancements de produit, salons thématiques...).

Cette brune énergique convainc ensuite six entrepreneurs locaux d'injecter quelques milliers d'euros dans le projet et monte avec eux début 2018 une société par actions simplifiée (SAS), "Motoco & Co". "Nous sommes la seule structure de ce type en France qui fonctionne de façon totalement privée avec un tel financement", assure-t-elle.

Un modèle sur lequel lorgnent désormais de nombreux acteurs culturels, en France comme à l'étranger. Le Bâtiment 75 a ainsi vu défiler des délégations de Nantes, Strasbourg, de Roumanie, de Russie ou de Chine...

- "Laboratoire" -

Avec une centaine d'événements par an, Motoco se tient financièrement à flots. Récemment, un bal masqué géant a réuni plus de 300 personnes. Et le carnet de commandes est rempli jusqu'en juin.

"Les entreprises qui viennent ici attendent quelque chose de différent", explique Pierre Fraenkel, plasticien de 47 ans. "Et pour nous, ça met du beurre dans les épinards..."

"Un lieu comme ça, c'est vraiment très précieux (...) difficile (d'en) trouver un autre ailleurs", abonde Jingfang Hao, plasticienne chinoise de 34 ans.

"J'ai quitté Mulhouse il y a 35 ans en me jurant que plus jamais je n'y retournerai. C'est (Motoco) qui m'a fait revenir", confie pour sa part Anne-Sophie Tschiegg, artiste peintre de 53 ans.

L'expérience "porte ses fruits", se félicite Marc Buchert, vice-président de M2A, qui rappelle que la résidence s'inscrit plus largement dans un projet global de réhabilitation d'anciens sites industriels mulhousiens, initié en 2008 et échelonné sur 25 ans. Un pôle numérique vient ainsi d'être créé sur un site près de la zone DMC. Cette dernière sera elle dédiée aux économies émergentes, avec plusieurs projets en préparation.

Aux avant-postes de cette reconversion globale, Motoco fait un peu figure de "laboratoire", glisse M. Buchert.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.