Accéder au contenu principal

A Wuhan, l'héroïsme au quotidien

Publicité

Wuhan (Chine) (AFP)

Les habitants de Wuhan, où s'est déclarée l'épidémie de coronavirus, ont reçu pour consigne de se calfeutrer chez eux mais certains, comme Zhang Lin, s'y refusent et risquent l'infection pour porter assistance à leur prochain.

Avec d'autres volontaires, ils défient la maladie et se portent volontaires pour conduire gratuitement en voiture des malades vers les hôpitaux.

"Nous sommes de Wuhan, et même si des étrangers à la ville, comme vous, viennent pour nous aider", dit-il à des journalistes de l'AFP, "nous devons nous prendre en main et porter assistance".

Il attend à l'extérieur d'une clinique un patient venu consulter, pour le ramener chez lui. "Il faut bien que quelqu'un fasse ça", dit-il.

Zhang Lin, 48 ans, et d'autres ont été enregistrés par les autorités sur une liste de volontaires prêts à transporter gratuitement les malades ou ceux qui craignent de l'être.

C'est dans cette ville de onze millions d'habitants que l'interdiction de circuler a commencé à être appliquée, avant de s'étendre au reste de la province de Hubei, dans l'espoir d'endiguer la propagation de la maladie.

Les transports publics sont à l'arrêt, les taxis ont été réduits et de nouvelles interdictions ont été édictées dimanche, interdisant à la plupart des automobiles de rouler.

Les malades ont donc les plus grandes difficultés à se rendre dans les lieux de traitement, où ils doivent attendre des heures avant de pouvoir consulter des médecins débordés.

Les chauffeurs volontaires comme Zhang Lin ou Yin Yu, 40 ans, ont obtenu des sauf-conduits pour raisons humanitaires.

"Comme il n'y a pas de voiture, notre rôle est de les conduire et de les ramener, tout ça gratuitement" explique Yin Yu.

Pour de nombreux chinois, cette attitude volontariste n'est pas étonnante dans une cité comme Wuhan.

La ville, située dans le centre de la Chine sur les rives du fleuve Yangtzé, a été en 1911 le point de départ d'une rébellion armée contre la dynastie des Qing qui a mis fin au régime impérial et a valu à la ville une réputation de bravoure.

C'est à cette réputation que se référait dimanche une annonce diffusée dans la ville par haut-parleurs : "Wuhan sait faire face aux épreuves et sait les surmonter !", assurait une voix féminine.

"Ce n'est pas la première fois que nous faisons face à une situation pareille", assurait la voix. "En 1998 nous avons affronté une crue terrible du Yangtzé, et en 2003 nous avons su faire face au SARS".

"Nous avons résisté et avons triomphé !"

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.