Accéder au contenu principal

Bleus, la course à l'Euro: Lloris appelé à la rescousse, Pléa sur sa lancée

Publicité

Paris (AFP)

Le retour à la compétition de Hugo Lloris et d'Aymeric Laporte il y a quelques jours sont autant de bonnes nouvelles pour le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, qui doit probablement regarder d'un oeil attentif les bonnes performances d'Alassane Pléa du côté de Mönchengladbach.

. Lloris is back

Prévu pour début février, le retour de Lloris dans les buts de Tottenham a été hâté par José Mourinho pour essayer d'imperméabiliser une défense qui n'a gardé sa cage inviolée qu'une fois sur les 12 derniers matches. Confrontés également à la blessure de Harry Kane, les Spurs se trouvaient sans véritable meneur et le Français, capitaine en club comme en sélection, est aussi censé apporter ce petit supplément d'âme.

Victime d'une luxation du coude le 5 octobre contre Brighton, le portier de 33 ans a donc fait son retour mercredi contre Norwich (victoire 2-1). Pour le plus grand bonheur de Mourinho, "heureux de voir l'un des meilleurs gardiens du monde revenir". Encore parfois hésitant, comme sur une sortie ratée en fin de première période contre Southampton, en Coupe d'Angleterre samedi (1-1), Lloris va pouvoir monter progressivement en régime avant l'Euro-2020, avec la Ligue des champions qui se profile contre Leipzig le 19 février.

. Pléa au top, Giroud au frigo

Si Alassane Pléa a quelque peu disparu des radars français depuis son unique sélection en novembre 2018, en amical contre l'Uruguay, c'est sans doute plus en raison de la concurrence en bleu que de ses performances propres.

Car l'attaquant de 26 ans formé à Lyon a joué un rôle décisif dans le cavalier seul de Mönchengladbach en tête du classement cet automne. Ses quatre buts et quatre passes décisives lors des 7 premières journées ont notamment permis à son équipe de se positionner d'entrée parmi les favoris.

"J'ai rarement vu une telle qualité devant le but", s'émerveille son entraîneur Marco Rose. "Quand Alassane s'empare du ballon dans la surface adverse, on peut presque déjà se préparer à célébrer un but! Et dans les matches difficiles, il est très important d'avoir un joueur qui peut faire la différence". Comme samedi, avec un doublé bienvenu alors que Mayence avait ouvert le score à Mönchengladbach (victoire 3-1).

La réussite de l'ex-attaquant de Nice contraste avec le spleen d'Olivier Giroud, dont le transfert annoncé à l'Inter Milan patine depuis plusieurs jours. L'avant-centre de Chelsea, privé de jeu depuis fin novembre sur décision de l'entraîneur, peine à trouver une porte de sortie. Kylian Mbappé et Wissam Ben Yedder n'ont pas cette peine. Mais avec le Paris SG et Monaco, les deux internationaux n'ont guère brillé ce week-end.

. Umtiti enchaîne, Laporte reprend

Pour l'heure, le grand vainqueur de la nouvelle donne au FC Barcelone s'appelle Samuel Umtiti. Depuis l'arrivée du nouvel entraîneur "Quique" Setién, "Big Sam" a retrouvé une place de titulaire qu'il convoitait depuis plusieurs mois. En une semaine, le défenseur central de 26 ans vient d'enchaîner deux rencontres de championnat en intégralité, une rareté dans cette saison minée par les blessures. Contre Grenade puis à Valence, où le double champion d'Espagne en titre a sombré, l'ancien Lyonnais a relégué son compatriote Clément Lenglet sur le banc.

Titulaire chez les Bleus depuis l'été dernier, Lenglet peut aussi voir d'un mauvais oeil le retour sur les terrains d'Aymeric Laporte, autre concurrent en sélection. Gravement blessé au genou droit fin août, alors qu'il venait d'être appelé par Deschamps, le défenseur de Manchester City a fait son retour à la compétition le 21 janvier contre Sheffield United, où il a joué près de 80 minutes. L'ancien joueur de l'Athletic Bilbao a été laissé au repos dimanche en Coupe d'Angleterre.

- Tolisso en difficulté au Bayern -

En manque de temps de jeu au Bayern Munich, Corentin Tolisso n'est cette saison qu'un remplaçant (de luxe!) dans un milieu de terrain où règnent Thiago Alcantara, Joshua Kimmich et Leon Goretzka. "Aucun footballeur n'est heureux sur le banc. Je ne suis pas différent des autres", avouait-il en novembre dans un entretien au Parisien: "Il faut savoir faire le dos rond en pareils moments et surtout apporter une vraie plus value quand on vous en donne l'opportunité."

Encore faut-il en avoir l'occasion. Samedi, lors de la victoire 5-0 contre Schalke, il n'est entré en jeu que pour les 12 dernières minutes. Et n'a joué que neuf des 19 matches de Bundesliga cette saison, dont trois seulement pendant 90 minutes. En fait, Tolisso n'a pas encore réussi à vraiment revenir après sa rupture des ligaments d'un genou en septembre 2018, à la source d'une saison dernière quasi blanche.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.