Accéder au contenu principal

Municipales à Paris: le cavalier seul de Villani pousse LREM à l'exclure

Publicité

Paris (AFP)

La rupture est consommée: en opposant une fin de non-recevoir à Emmanuel Macron qui lui demandait de "se rapprocher de Benjamin Griveaux", candidat LREM à la mairie de Paris, Cédric Villani a acté le divorce avec La République en marche.

Après plus d'une heure d'entretien avec le chef de l'Etat dimanche après-midi, le candidat dissident a dit préférer "rester fidèle aux Parisiennes et Parisiens", plutôt que jouer "l'appartenance à un appareil politique": "Ma campagne pour Paris continue en toute indépendance", a-t-il lancé à sa sortie de l'Elysée.

"Les propos sont clairs", a réagi dès lundi matin Stanislas Guerini, délégué général d'En marche: Cédric Villani rompt avec Emmanuel Macron et "je demanderai mercredi soir à mon bureau exécutif d'acter le fait qu('il) n'est plus adhérent de la République en marche", a-t-il annoncé sur Radio Classique.

Après plusieurs mois de campagne parallèle des deux candidats issus des rangs de LREM, de nombreuses voix dans la macronie s'étaient élevées pour souhaiter que le chef de l'Etat intervienne en faveur de Benjamin Griveaux.

Cédric Villani, qui organise lundi soir une réunion publique au moment même où Benjamin Griveaux tiendra son deuxième meeting, a préféré rompre de lui-même, au grand dam du parti présidentiel. Et ce, au risque de rendre encore plus difficile une victoire à Paris, ce dont témoigne le dernier sondage Odoxa-CGI pour Le Figaro parue dimanche. Il place Benjamin Griveaux en troisième position (16%), loin derrière Anne Hidalgo (23%) et Rachida Dati (20%), tandis que Cédric Villani se place cinquième (10%), derrière l'écologiste David Belliard (14,5%).

Emmanuel Macron risque lui aussi d'y laisser des plumes, après un épisode que certains proches voient comme un affront. "Cette réunion de dimanche à l'Élysée, ça n'est pas bien joué pour le président de la République, parce que ça l'affaiblit", constatait dimanche un haut cadre du parti, tandis qu'un marcheur historique déplorait une séquence qui "ne fait que des perdants", candidat, LREM et chef de l'Etat.

Cédric Villani "ne tourne pas le dos au président de la République. C'est comme des histoires d'amour: de temps en temps, il peut y avoir des divergences de point de vue", relativise le directeur de campagne du mathématicien, Baptiste Fournier, auprès de l'AFP.

Avant de déclarer, à propos de l'exclusion du candidat dissident: "Toutes ces manoeuvres d'apparatchik ne nous concernent pas; ce sont les mauvaises habitudes de socialistes".

- "Courage" et "convictions" -

Benjamin Griveaux assure, lui, que sa "porte restera toujours ouverte" et qu'il appellera Cédric Villani lundi après-midi pour le lui dire.

Mais Cédric Villani lorgne plutôt du côté des écologistes et leur idée qu'il considère "essentielle et centrale" d'une "coalition climat" - qui irait jusqu'à La France insoumise - portée par le candidat EELV David Belliard.

Ce dernier s'est félicité lundi de la fin de non-recevoir de Cédric Villani à Emmanuel Macron, mais il considère que ce n'est qu'"un pas", et a appelé sur Public Sénat à "un programme très clair" autour des "valeurs" qu'il porte.

Louant la "démarche de courage" et "les convictions" de Cédric Villani, Yannick Jadot, le chef de file d'EELV, a appelé sur France 2 MM. Villani et Belliard à "faire une offre" concrète aux électeurs parisiens, à "mettre du contenu".

La journaliste Isabelle Saporta, qui a récemment quitté la campagne du candidat Gaspard Gantzer et qui est la compagne de Yannick Jadot, a également apporté son soutien à Cédric Villani.

"Quand vous dites +mon principal allié devient les Verts+, (...) que vous voulez bâtir une coalition à l'allemande, ce projet n'est pas absurde, mais à condition que vous ayez des forces, un mouvement derrière vous. C'est le projet d'un parti, pas celui d'un personne seule", relève pour sa part un proche de Benjamin Griveaux.

Reste que pour l'exécutif et la majorité, l'épisode est douloureux.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a dit lundi sur franceinfo "regretter" la décision de Cédric Villani, "un cadeau que nous faisons à nos adversaires politiques" et qui "nous affaiblit tous collectivement".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.