Accéder au contenu principal

Open d'Australie: bref hommage à la légendaire mais controversée Margaret Court

Publicité

Melbourne (AFP)

Cinq minutes, sans prise de paroles: l'Open d'Australie a rendu un hommage a minima lundi à la légende du tennis australien Margaret Court, aux positions controversées sur l'apartheid ou l'homosexualité, pour les 50 ans de son Grand chelem calendaire.

Dans une Rod Laver Arena bondée juste avant le duel explosif entre le héros local Nick Kyrgios et le N.1 mondial Rafael Nadal, l'ancienne joueuse de 77 ans, lauréate de 24 tournois majeurs (un record qui résiste depuis 1973), a soulevé une réplique du trophée féminin de l'Open d'Australie.

Il lui a été remis par celui qui a donné son nom à ce court, Rod Laver, l'autre légende du tennis australien qui, lui, avait été chaleureusement fêté l'an dernier pour le 50e anniversaire de son deuxième Grand Chelem (1969 après un premier chez les amateurs en 1962).

Dans une cérémonie bien plus sobre, la championne n'a pas pris le micro, les spectateurs n'entendant sa voix que dans une courte vidéo au cours de laquelle elle s'exprimait seulement sur ses victoires.

Quand l'ancienne joueuse devenue pasteure à Perth (ouest) aborde d'autres sujets, elle provoque presque toujours la polémique.

- McEnroe et Navratilova au filet -

L'Australienne a déjà fait l'éloge du système d'apartheid en Afrique du Sud, déclaré que "le tennis est plein de lesbiennes", décrit que les enfants transgenres comme "l'oeuvre du diable", ou que les médias de l'île-continent seraient manipulés par le diable.

Des points de vue "qui ne correspondent pas à nos valeurs d'égalité, de diversité et d'inclusion", s'est distanciée la Fédération australienne dans un communiqué publié fin novembre.

"Il y a une seule liste qui soit plus longue que celle des victoires de Margaret Court: c'est celle de ses déclarations offensantes et homophobes", a critiqué dans une vidéo l'ex-champion de tennis américain John McEnroe.

Pour le septuple vainqueur en Grand Chelem, "Margaret Court est en fait une ventriloque qui se sert de la Bible comme d'une marionnette pour dire ce qu'elle veut".

Martina Navratilova, qui compte 18 titres du Grand Chelem à son palmarès, s'est également érigée en fervente contemptrice de sa devancière.

"C'est dommage car je pense que Margaret Court ne se rend pas compte du nombre de personnes qu'elle blesse avec ses propos", a déclaré lundi à la presse l'ancienne championne, mariée à une femme et très impliquée dans la lutte pour les droits des homosexuels.

La semaine dernière, Margaret Court s'est dite "persécutée" pour ses convictions, tout en assurant que de nombreuses personnes lui avaient exprimé leur soutien.

McEnroe a lui fait le voeu que l'Américaine Serena Williams, qui compte 23 titres en Grand chelem mais a été éliminée au 3e tour vendredi, s'empare du record de l'Australienne: "Serena, fais-moi une faveur, gagne deux Grands Chelems de plus cette année pour arriver à 25 et que nous puissions reléguer dans les livres d'histoire Margaret Court et ses opinions offensantes, là où elles devraient être".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.