Accéder au contenu principal

Open d'Australie: "J'ai usé beaucoup de jokers...", reconnaît Federer

Publicité

Melbourne (AFP)

Roger Federer, handicapé par des douleurs, a sauvé 7 balles de match mardi pour atteindre les demi-finales de l'Open d'Australie et reconnaît avoir "usé beaucoup de jokers".

Mais, en abordant le dernier carré, il se veut positif quant à sa récupération physique, et pense qu'il sera prêt à faire un bon match face au tenant du titre Novak Djokovic.

Q: De quoi avez-vous souffert et à quel point avez-vous été handicapé ?

R: "Je pense que c'est une contracture des adducteurs apparue au 2e set. Ce n'est pas venu d'un coup, mais petit à petit. C'est plutôt une bonne chose parce que ça ne devrait pas être méga grave. Le problème, c'est que ça n'est jamais vraiment parti. Quand j'ai commencé à ressentir les premiers problèmes, la question c'était +est-ce que ça va s'aggraver ou est-ce que ça va rester comme ça ?+. Alors j'ai arrêté le jeu explosif, mais en restant dans le match. Petit à petit, je me suis senti un peu mieux. Parce que j'ai senti que ça n'empirait plus, donc je me suis relaxé un peu. Et mentalement aussi, comme j'ai pensé que j'allais perdre le match, j'ai arrêté de trop stresser. Donc je n'ai pas perdu trop d'énergie, même si le match a été long. Mais j'ai surtout eu beaucoup, beaucoup de chance. Quand tu sauves 7 balles de match, honnêtement tu ne contrôles plus rien. Tu essaies juste de rendre les choses le plus difficile possible pour l'adversaire. Quand j'ai réalisé que ce match n'allait pas se passer comme j'espérais et que j'ai senti que je me relaxais parce que je n'avais plus rien à perdre, c'est là que j'ai commencé à mieux servir, mieux jouer, faire moins de fautes. Et lui, il jouait un peu moins bien à cause de la nervosité: c'était à lui de perdre ou de gagner le match. Ce n'est pas facile de jouer contre quelqu'un dont tu sais qu'il n'est pas à 100%."

Q: Du coup, vous êtes content ou inquiet ?

R: "Je suis très content et soulagé d'avoir gagné le match. Même si ça s'arrête, au moins c'était un bon tournoi. Je suis déjà satisfait. Forcément, j'espère récupérer d'une façon ou d'une autre et je me donne une chance de jouer cette demi-finale correctement ou même très bien. Mais je suis dans l'inconnu donc c'est plus difficile de se dire +allez je fais la fête ce soir+. Contre Millman (battu en 5 sets et 4h au 3e tour, ndlr), je savais que j'allais être simplement fatigué le lendemain. Là, c'est différent parce que, en me réveillant, je constaterai que c'est peut-être plus grave. Même si je suis positif et que je pense qu'il y a une bonne chance que je vais récupérer."

Q: Face à Djokovic, que vous avez battu au Masters à Londres en fin d'année dernière, il faudra réaliser un nouveau miracle ?

R: "Encore plus extrême que ça, je ne sais pas si c'est possible. J'ai déjà usé beaucoup de jokers pendant ce tournoi. Si j'arrive à récupérer, je pense sincèrement que c'est possible de faire une bonne demie. La victoire à Londres m'a montré qu'il (Djokovic) était battable. Je sais que je devrais faire plusieurs choses BIEN, c'est la même chose pour beaucoup de joueurs contre moi ou Rafa aussi. Il ne s'agit pas juste de bien servir, ou juste de bien jouer du fond du court. Il faut avoir le mélange. Je le sais, forcément, mais à mon âge ça fait du bien de me prouver que je peux battre les Rafa, les Novak, gagner des tournois, etc... Mais ici, par rapport à Londres, c'est en 5 sets, il faut faire encore plus de bonnes choses pendant encore plus longtemps. Mais j'ai joué tellement de matches que, forcément, j'y crois."

Propos recueillis en conférence de presse

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.