Accéder au contenu principal

Vers une nouvelle ère de profits chez Tesla, l'action flambe

Publicité

New York (AFP)

Tesla a envoyé mercredi de nouveaux signaux positifs aux marchés, en faisant miroiter le début d'une ère de profits, susceptible de garder vive la flambée boursière, qui en a fait le deuxième groupe automobile mondial derrière Toyota et devant Volkswagen et General Motors.

Le constructeur de véhicules électriques espère livrer plus d'un demi-million de voitures en 2020, ce qui représente un bond de 36% sur un an.

Cette ambition est nourrie, a expliqué le groupe d'Elon Musk, par le démarrage plus tôt que prévu de la production du SUV Model Y et de l'augmentation des cadences dans son usine chinoise de Shanghai.

Le constructeur de véhicules électriques explique que la production du Model Y a démarré ce mois dans son usine californienne de Fremont, ce qui devrait porter, d'ici la mi-2020, les capacités de cette usine à 500.000 unités.

"Tesla a le potentiel d'atteindre le million de véhicules livrés par an, qui paraissait hors d'atteinte, avec deux ans d'avance sur nos projections initiales", a réagi Daniel Ives au cabinet Wedbush Securities, faisant observer que la demande pour les voitures de la marque demeurait forte en Chine.

- "Primordial" -

Tesla envisage de livrer les premiers Model Y d'ici fin mars et d'en démarrer la production à Shanghai en 2021. Les premières livraisons des voitures produites dans son usine européenne de Berlin auront, elles, lieu à partir de 2021.

"Au vu de son prix compétitif et de la capacité d'autonomie de la batterie, le Model Y peut devenir le véhicule le plus vendu de Tesla. Il est primordial pour le succès de l'entreprise à terme", estime Jessica Caldwell, experte au cabinet Edmunds.com.

Ce qu'a d'ailleurs semblé confirmer Tesla en affirmant s'attendre à être rentable désormais, à quelques exceptions près, notamment lors des périodes de lancement d'un nouveau produit et de l'augmentation des cadences de production.

Le Model Y permet à Tesla de proposer un véhicule dans le segment des SUV, devant représenter 51% des nouvelles voitures achetées aux Etats-Unis cette année, fait remarquer Edmunds.com.

Ce 4X4 de ville, dont le prix de base est d'environ 70.000 dollars, sera néanmoins en compétition avec l'Audi eTron et la Jaguar iPace. La Mercedes Benz EQC est, elle, attendue plus tard dans l'année.

Le crédit d'impôt fédéral pour les voitures "propres" devrait en outre être réduit à une portion congrue.

- Solides résultats -

L'optimisme de Tesla est par ailleurs agrémenté par de meilleurs résultats que prévu au quatrième trimestre 2019.

Tesla a dégagé un bénéfice net de 105 millions de dollars, certes en baisse de 2,5%, mais rapporté par action et hors éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, il est de 2,14 dollars, largement supérieur au 1,72 dollar anticipé.

Tiré par des livraisons record de 112.000 véhicules (+23%), le chiffre d'affaires trimestriel a pour sa part augmenté de 2,2% à 7,38 milliards, au-dessus des attentes (7,02 milliards).

"Cette performance change la donne (...) Elle augure d'une nouvelle ère pour (Elon) Musk", a commenté Daniel Ives, dont l'enthousiasme était partagé à Wall Street où le titre flambait de plus de 11% dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance.

L'action est sur un nuage depuis trois mois, de sorte que Tesla est devenu le premier groupe automobile américain en Bourse, devant General Motors et Ford, et le deuxième mondial derrière Toyota, mais avant Volkswagen, avec une capitalisation de près de 105 milliards de dollars mercredi soir.

Les milieux d'affaires croient de plus en plus à la promesse d'Elon Musk de faire de Tesla la référence automobile pour les prochaines années.

La marque est notamment associée à l'innovation technologique et à la protection de la planète avec sa promesse que ses véhicules sont et resteront les plus écologiques sur le marché.

Tesla a également prouvé qu'elle pouvait produire un véhicule en masse, malgré les difficultés rencontrées avec son modèle d'entrée de gamme, le Model 3.

Le groupe, qui fabrique également des panneaux solaires, n'est toutefois toujours pas parvenu à gagner de l'argent sur une année entière depuis sa création en août 2003.

L'an dernier, il a accusé une perte nette de 862 millions de dollars, réduite de 11,7% sur un an, pour un chiffre d'affaires de 24,6 milliards, en augmentation de 14,5%.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.