Accéder au contenu principal
INTERVIEW

Coronavirus : "La psychose actuelle n'est pas logique"

Des touristes se protègent du coronavirus à Séoul, en Corée du Sud, le 29 janvier 2020.
Des touristes se protègent du coronavirus à Séoul, en Corée du Sud, le 29 janvier 2020. © Heo Ran, Reuters

Alors qu'un nombre croissant de pays enregistre des cas de coronavirus, l'OMS a appelé "le monde entier à agir" face à la menace. Ce nouveau virus est-il plus mortel que celui de la grippe saisonnière ? Réponse avec Sylvie Behillil, chercheuse à l'Institut Pasteur.

Publicité

Le coronavirus découvert à Wuhan fait l'objet d'une vigilance dans le monde entier. Alors que la propagation, la mortalité et la mutation de ce virus sont scrutées, la Chine comptabilisait, jeudi 30 janvier, 170 morts et quelque 7 700 personnes contaminées. Des cas ont également été répertoriés un peu partout dans le monde, notamment en France où cinq personnes ont été diagnostiquées et prises en charge par les services de santé. De quoi susciter une vive inquiétude, voire un début de psychose parmi la population.

Faut-il redouter une pandémie ? Le coronavirus est-il plus dangereux qu'un autre virus ? Pour Sylvie Behillil, responsable adjointe du Centre national de référence des virus des infections respiratoires à l'Institut Pasteur, il faut temporiser. Aux vues des connaissances actuelles, on ne peut pas comparer ce nouveau virus à celui de la grippe, responsable chaque année d’une épidémie saisonnière en France.

France 24 : Que connaît-on de la virulence de ce coronavirus ?

Dr Sylvie Behillil : On a encore beaucoup d'inconnues pour ce nouveau virus. Il semble assez contagieux. C'est un virus qui serait moins virulent que le Sras, mais pour l'instant, ce n'est pas un virus que l'on compare à la grippe. Actuellement, il y a 6 000 cas dans le monde entier d'infection à ce nouveau virus, un peu plus d'une centaine de décès. Il faut savoir que la grippe en France tue chaque année environ 10 000 personnes ! Certaines années enregistrent 9 000 morts, d'autres jusqu'à 15 000 [à l'échelle mondiale, les chiffres de l'OMS donnent une fourchette entre 290 000 et 650 000 personnes qui meurent de la grippe chaque année, NDLR]. La grippe est un virus pour lequel on a un vaccin qui a quand même une certaine efficacité. Ce nouveau coronavirus a pour l'instant l'air transmissible assez facilement, mais on ne connaît pas encore sa dangerosité.

À quelle famille appartient ce coronarivus ?

C'est un virus qui se transmet par voie respiratoire. Il est proche génétiquement du Sras et des coronavirus qui circulent chez les animaux, notamment la chauve-souris. On peut donc comparer le virus au Sras, mais pas à la grippe. La psychose actuelle n'est pas logique. Je comprends que les gens aient peur, mais une surveillance très active a été mise en place, notamment en France où tous les professionnels de santé sont informés. Les hôpitaux de référence sont formés. Tous les cas suspects sont isolés pour limiter la diffusion de ce virus. En ce qui concerne les cinq cas détectés en France, avant même d'être diagnostiqués, ils ont été isolés pour limiter la propagation du virus suspecté. En France, tout est fait pour limiter la diffusion et la transmission de ce virus. On a recherché avec qui ces personnes contaminées avaient pu être en contact rapproché pour les surveiller.

Les modes de transmission sont-ils comparables à la grippe ?

On ne connaît pas encore très bien le mode de transmission de ce coronavirus. On sait que la transmission se fait par voie respiratoire mais, a priori, on ne sait pas encore s'il est transmissible par l'intermédiaire des mains. Il faut savoir que la grippe peut se transmettre par voie respiratoire, mais aussi par les mains. Dans le métro, si une personne contaminée éternue sur une barre de métro, qu'on touche cette même barre du métro et qu'on touche ensuite sa bouche, on peut attraper la grippe. En ce qui concerne le nouveau virus, on ne sait pas encore s'il est transmissible de cette façon. Dans le cas du Sras, la transmission se faisait uniquement par voie respiratoire, le virus pouvait survivre quelques heures à l'extérieur mais il n'y a pas eu de cas de contamination à partir du milieu extérieur.

Quand on dit que le virus est transmissible par voie respiratoire, il faut un contact vraiment proche. Il faut au moins un mètre de proximité. À plus d'un mètre, on considère qu'il n'y a pas de contamination possible. L'entourage proche, ce sont les personnes avec qui la personne contaminée vit. Ça peut être son voisin dans l'avion, mais pas la personne dans le siège derrière ou devant. Il faut un contact proche.

>> À lire aussi : Coronavirus : un "cousin germain" du Sras loin d'avoir livré tous ses secrets

Que faire pour se protéger ?

Les symptômes ressemblent à la grippe : fièvre, toux, difficultés à respirer, douleurs thoraciques. On conseille pendant une épidémie de grippe d'adopter les "mesures barrières" habituelles, notamment se laver les mains fréquemment. C'est une mesure qu'on peut déjà conseiller aux personnes qui s'inquiètent de ce nouveau coronavirus : leur dire qu'en prenant leurs précautions comme pendant les épidémies de grippe en hiver, c'est déjà une façon de se protéger ! Il s'agit de se laver les mains régulièrement, ou encore de demander à une personne de son entourage de porter un masque si elle est malade.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.