Accéder au contenu principal

Wall Street termine dans le vert, moins inquiète sur le virus chinois

Publicité

New York (AFP)

Wall Street a fini en hausse jeudi après avoir passé la plupart de la séance dans le rouge, rebondissant après des déclarations de l'Organisation mondiale de la santé qui n'a pas appelé à limiter les voyages malgré l'épidémie du nouveau coronavirus chinois.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average s'est apprécié de 0,43% à 28.859,44 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 0,26% à 9.298,93 points et l'indice élargi S&P 500 a pris 0,31% à 3.283,66 points.

L'OMS a déclaré jeudi que l'épidémie de pneumonie virale chinoise, qui s'est étendue à plusieurs régions du monde, constituait une urgence internationale.

L'institution onusienne n'a toutefois pas recommandé de restrictions sur les mouvements de biens et de personnes à travers le monde.

Cette annonce a permis aux principaux indices new-yorkais, qui étaient jusque-là en repli, de remonter en fin de séance.

Le bilan de l'épidémie de pneumonie virale s'est alourdi jeudi, avec au moins 170 morts en Chine.

- Amazon s'envole -

Les indices new-yorkais ont également profité jeudi d'une série de résultats d'entreprises, positifs pour la plupart.

Tesla, qui a affiché mercredi après la clôture une forme rayonnante, s'est envolé de 10,30%. Le groupe a notamment dit vouloir livrer plus d'un demi-million de voitures en 2020, ce qui représenterait un bond de 36% en un an.

La valeur boursière du fabricant de voitures électriques haut de gamme est désormais plus élevée que celle cumulée des trois principaux constructeurs automobiles américains que sont General Motors, Ford et Fiat Chrysler USA.

Coca-Cola (+3,25%) a, lui, vu son bénéfice net trimestriel plus que doubler grâce notamment à une hausse de ses ventes en Amérique latine et en Asie Pacifique.

Microsoft, dont les résultats ont largement dépassé les attentes grâce à l'excellente performance de son "cloud", est monté de 2,82%.

En revanche, Facebook, qui a vu ses dépenses s'envoler, a chuté de 6,14%.

Le groupe de logistique UPS, qui a fait part de prévisions décevantes pour 2020, a plongé de 6,7%.

"Dans l'ensemble, il s'agit de résultats très solides, en particulier dans le secteur technologique", observe Alan Skrainka de Cornerstone Wealth Management.

Amazon a lui publié après la clôture des résultats largement supérieurs aux attentes. Dans les échanges électroniques post-séance, l'action du géant du commerce en ligne s'envolait de près de 12%.

Au rang des indicateurs, la croissance du PIB des Etats-Unis a ralenti à 2,3% en rythme annuel, selon une estimation préliminaire du département du Commerce publiée jeudi, contre 2,9% en 2018. C'est bien moins que les 3% visés par le président Donald Trump.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.