Accéder au contenu principal

XV de France: Haouas, la droite forte

Publicité

Nice (AFP)

Il a surmonté des erreurs de jeunesse qui l'ont envoyé en maison de correction. Mohamed Haouas se retrouve en équipe de France, titulaire dimanche en première ligne contre l'impressionnant pack anglais. Pour sa première sélection en Bleu.

Il y a cinq ans, le pilier droit de Montpellier était placé sous contrôle judiciaire, ses horaires de sortie encadrés et son passeport confisqué. Son visage n'est aujourd'hui sans doute pas encore connu mais il n'aura besoin que de son maillot bleu pour pénétrer dimanche sur la pelouse du Stade de France, où il défiera les vice-champions du monde.

Un maillot floqué du N.3, similaire à celui qu'il porte depuis deux saisons à Montpellier et où il fait admirer son abattage et son sens du sacrifice.

Des performances qui ont également charmé le staff du XV de France, au point de l'emmener dans ses bagages, d'abord à Nice pour la préparation, puis à Saint-Denis pour le Crunch.

"Le passé, je m'en fous", souligne William Servat, l'entraîneur des avants du XV de France.

"Moi, ce qui m'importe, c'est le joueur que j'ai rencontré, la personne que j'ai rencontrée. C'est un mec très respectueux, toujours à l'heure sur tous les rendez-vous. Il est rentré très vite dans le groupe: il est rigolo, les mecs aiment être avec lui et savent que c'est un mec courageux. Il est d'une écoute incroyable, il participe à tout. Après, la performance, on verra. Ce sera autre chose, on attendra d'être arrivé au match, mais c'est un plaisir d'avoir ce joueur-là", ajoute Servat.

Malgré tout, celui qui a découvert le rugby à 15 ans, grâce au conseil général de l'Hérault, n'aurait pas forcément dû être de la partie. Comme son coéquipier Anthony Bouthier, titulaire, lui, à l'arrière, Haouas a été promu auprès de l'encadrement des Bleus par son coach au MHR, Xavier Garbajosa.

- Coup de poing -

"On a eu la chance de pouvoir visiter les joueurs en club, de pouvoir les rencontrer, de discuter avec eux. Je suis allé quatre fois à Montpellier, je l'ai rencontré, j'ai eu de nombreux échanges avec lui, mais je ne l'ai pas découvert. Ni redécouvert. C'est le joueur de devant de Montpellier qui a les meilleures statistiques de déplacement et d'activité sur le match. C'est un profil de pilier droit qui est capable de rattraper les trois-quarts qui percent parfois...", explique encore Servat.

Haouas (25 ans, 1,85 m, 127 kg) ? Un joueur mobile, mais aussi un guerrier, impulsif et impatient, capable d'asséner un coup de poing à quelques minutes du coup d'envoi d'un match à son coéquipier, l'ex-Springbok Bismarck Du Plessis.

A l'annonce de sa titularisation, la vidéo est ressortie et a fait le tour des réseaux sociaux.

Peu importe pour Fabien Galthié, ravi d'avoir "des joueurs qui émergent avec un parcours différent, plus complexe".

"On a retenu les joueurs parce qu'ils sont performants, en club et à l'entraînement", assure le sélectionneur du XV de France.

Car le nouveau patron des Bleus prépare l'avenir et, surtout la Coupe du monde 2023. A un poste de pilier droit où la France est en déficit, Haouas a écarté la concurrence du Toulousain Dorian Aldegheri, blessé, et surtout celle du Lyonnais Demba Bamba, qui démarrera sur le banc.

"A ce poste de pilier droit, on n'a pas de certitude. Il fallait faire un choix entre deux joueurs (Demba Bamba et Haouas, NDLR) qui ont peu d'expérience à ce niveau-là", confie Galthié. "On se pose des questions. On aura la réponse dimanche." Une chose est sûre, avec Mohamed Haouas, ce sera direct.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.