Accéder au contenu principal

Six nations: Eddie Jones n'est pas en France "pour prendre le thé"

Publicité

Saint-Denis (AFP)

Avant le début du Tournoi des six nations, le sélectionneur de l'Angleterre Eddie Jones a assumé ses récents propos relatifs à la "violence physique" promise aux Français au Stade de France dimanche (16h00/15H00 GMT): "On ne va pas prendre une tasse de thé", a raillé l'Australien vendredi en conférence de presse.

Q: Comment abordez-vous ce match contre les Bleus ?

R: "Je suis très content de l'équipe, nous avons eu une bonne préparation. Nous avons permis aux joueurs de se reposer un peu car c'est le début d'une nouvelle saison. L'équipe est très soudée, il y a un bon mélange d'expérience et de jeunesse, avec deux gars qui ont gagné leurs galons (l'arrière George Furbank, titulaire, et le pilier Will Stuart, remplaçant, ne comptent pas encore de sélections, NDLR). Nous sommes enthousiastes, nous allons jouer devant 80.000 personnes au Stade de France contre la jeune équipe française."

Q: Ce France-Angleterre a-t-il une saveur particulière pour vous ?

R: "Cette confrontation offre toujours de grands matches. On la surnomme le Crunch et il y a une raison à cela. Il existe une rivalité historique entre les deux équipes, c'est une bataille pour la suprématie. Nous sommes impatients d'y être et je suis sûr que la France aussi."

Q: Vos récentes déclarations concernant la "violence" promise aux Français ont beaucoup fait parlé, jusqu'à la réponse jeudi du sélectionneur et du manager français Fabien Galthié et Raphael Ibanez. Cela vous a-t-il surpris ?

R: "Quelqu'un m'a demandé comment on allait jouer. Qu'est-ce que vous voulez que je réponde ? +On va prendre une tasse de thé+ ? Non, le rugby a toujours été comme ça, depuis que j'en regarde, et sera toujours comme ça. C'est un jeu physique, un jeu de confrontations. On gagne ou on perd la ligne d'avantage et ça sera le cas dimanche. S'il y a un problème en France (avec ces phrases, NDLR) peut-être que vous devriez mieux les traduire."

Propos recueillis en conférence de presse

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.