Accéder au contenu principal

Open d'Australie: Kenin tient son titre du Grand Chelem

Publicité

Melbourne (AFP)

Enfant elle annonçait à qui voulait l'entendre son intention de remporter un tournoi du Grand Chelem: samedi, l'Américaine Sofia Kenin, 21 ans, a réalisé son rêve en s'imposant à l'Open d'Australie.

"Mon rêve s'est officiellement réalisé ! Si vous avez des rêves, allez les chercher: ils peuvent se réaliser !", a-t-elle lancé sur le court en recevant son trophée.

Elle a battu en finale l'Espagnole Garbine Muguruza 4-6, 6-2, 6-2 en démontrant une force de caractère exceptionnelle quand son aînée (26 ans) n'est pas parvenue à maîtriser ses nerfs.

Pour preuve, ce désastreux dernier jeu de service où Muguruza, ancienne N.1 mondiale actuellement 32e à l'ATP, a commis trois doubles fautes, dont celle qui a offert sur un plateau la victoire à Kenin.

Mais le match s'est vraisemblablement joué au 5e jeu du 3e set. A 2-2 sur son service, la 15e mondiale a magistralement sauvé trois balles de break consécutives (elle était menée 0-40) et conservé sa mise en jeu en enchaînant cinq points d'affilée (3-2). Dans la foulée, elle a pris la mise en jeu de Muguruza en profitant déjà d'une double-faute de l'Espagnole (4-2).

- De Moscou à Pembroke Pines -

L'Américaine, née à Moscou et arrivée à New York enfant avant de s'installer en famille en Floride, est ainsi devenue à 21 ans et 80 jours la plus jeune lauréate à Melbourne depuis Maria Sharapova qui avait 20 ans et 283 jours quand elle a gagné en 2008.

"Félicitations Sofia, tu as super bien joué tout le tournoi et on te reverra souvent en finale", a commenté Muguruza qui visait son 3e trophée du Grand Chelem (après Roland-Garros 2016 et Wimbledon 2017).

Sur la route de son sacre, Kenin a notamment écarté en demi-finales la N.1 mondiale australienne Ashleigh Barty.

Lundi, Kenin doit devenir 7e mondiale et donc N.1 américaine devant Serena Williams. Elle est la plus jeune Américaine à intégrer le Top 10 depuis Serena le 5 avril 1999.

Sofia Kenin, entraînée par son père Aleksander, jouait pour la 3e fois à Melbourne, comme Martina Hingis quand elle a gagné en 1997. Avant la Suissesse, Stefie Graf (1988) et Mary Pierce (1995) s'étaient imposées à leur 3e participation. Monica Seles, elle, a gagné en 1991 à sa toute première participation.

Muguruza, ancienne N.1 mondiale, redeviendra 16e à la WTA grâce à sa finale australienne. Elle n'avait plus atteint la finale d'un Majeur depuis Wimbledon 2017.

A tel point qu'elle n'était même pas tête de série à Melbourne, pour la première fois dans un Grand Chelem depuis Roland-Garros 2014 où elle avait atteint les quarts de finale en étant 35e mondiale.

Pour arriver en finale, elle a notamment balayé la N.5 mondiale Elina Svitolina au 3e tour.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.