Accéder au contenu principal

Belgique: un thriller à la mode Lynch grand vainqueur des Magritte

Publicité

Bruxelles (AFP)

Un thriller psychologique à l'esthétique rétro inspirée de David Lynch, "Duelles", du cinéaste Olivier Masset-Depasse, a été samedi soir le grand vainqueur de la 10e cérémonie des Magritte du cinéma belge en raflant neuf récompenses sur dix possibles.

Neuf fois nominé, "Le jeune Ahmed", de Jean-Pierre et Luc Dardenne, prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2019, qui était un des autres favoris, n'a reçu que deux statuettes.

Celle du meilleur espoir masculin a été attribuée à Idir Ben Addi, 14 ans, qui joue Ahmed, l'adolescent radicalisé. Myriem Akheddiou, l'institutrice qui est sa victime dans le film, reçoit le Magritte de la meilleure actrice dans un second rôle.

Parallèlement à Bouli Lanners (meilleur acteur pour "C'est ça l'amour", mais absent pour cause de grippe), Veerle Baetens, une Belge néerlandophone de 42 ans, a été désignée meilleure actrice pour son rôle dans "Duelles".

Meilleur film, meilleure réalisation, meilleur scénario original ou adaptation: ce thriller psychologique, troisième film de Masset-Depasse, fait presque un carton plein. Le cinéaste de 49 ans, originaire de Charleroi (sud), fut la vedette de la soirée.

Adapté d'un roman policier ("Derrière la haine", de la Belge Barbara Abel), le film raconte comment une amitié entre deux voisines bascule dans la tragédie lorsque l'enfant de l'une d'elles meurt accidentellement.

Il emprunte à l'atmosphère des films de l'Américain David Lynch, une des références revendiquées par le réalisateur avec Alfred Hitchcock.

Parmi ses neuf Magritte, "Duelles" récolte une belle série de prix "techniques" (image, son, montage, meilleure musique originale).

Le Belgo-guatémaltèque Cesar Diaz obtient le Magritte du meilleur premier film pour "Nuestras Madres" ("Nos mères"), un drame plongeant le spectateur dans les années de guerre civile au Guatemala, à la recherche des "disparus politiques". Le film a reçu la Caméra d'Or à Cannes l'an dernier.

Au palmarès également, "Lola vers la mer", qui raconte l'histoire d'une jeune fille transgenre se heurtant à son père: le Magritte du meilleur espoir féminin a été décerné à l'actrice du rôle titre, Mya Bollaers, une Belge de 23 ans elle-même transgenre.

C'est un peu par hasard que la jeune femme a incarné "Lola", comme elle le racontait en décembre dans un entretien à l'hebdomadaire français Les Inrockuptibles

"C’était un casting sauvage. L’annonce était sur les réseaux sociaux. C’était un dimanche, je n’avais rien à faire. Je me suis dit +bon je vais répondre et si jamais je dois passer le casting ça peut être comique+", affirmait-elle.

Comme "Le jeune Ahmed" des frères Dardenne, "Lola vers la mer", du Bruxellois Laurent Micheli, sera en compétition le 28 février aux Césars dans la catégorie du meilleur film étranger.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.