Accéder au contenu principal

Hôpital: après leur menace de démission, les médecins chefs passent à l'acte

Publicité

Paris (AFP)

De Rennes à Marseille, Paris ou Caen, des médecins chefs de services démissionnent en chaîne depuis une semaine, pour remettre la pression sur le gouvernement à l'approche d'une nouvelle mobilisation de l'hôpital public le 14 février.

L'ambiance était déjà tendue, désormais la rupture est consommée. En une semaine, plus de 300 praticiens hospitaliers ont officiellement renoncé à leurs fonctions administratives et d'encadrement - tout en continuant d'assurer les soins.

Ceux du CHU de Rennes ont donné le coup d'envoi le 27 janvier: d'un seul coup, 54 médecins ont remis leurs lettres de démission.

Ils entendaient ainsi protester contre "la diminution du financement global de la santé et des missions qui n'arrêtent pas d'augmenter, sans qu'il n'y ait des ressources en regard", selon le pneumologue Hervé Léna.

Deux jours plus tard, la scène s'est reproduite au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), avec 56 chefs de service de six hôpitaux de l'ouest et du sud de Paris.

"Malheureusement, le gouvernement n'en a cure", regrettait Julie, infirmière en réanimation pédiatrique et "pas loin du burn-out", convaincue qu'après les médecins, les soignants (vont) aussi finir par quitter le navire".

En attendant, le décompte a encore évolué lundi matin, avec une vingtaine de départs supplémentaires à Saint-Louis (Paris), dont l'hématologue Hervé Dombret, qui ne veut plus discuter avec sa direction des "restrictions budgétaires imposées à l'hôpital depuis plus de dix ans".

"Tant que nous ne crions pas, on ne nous entend pas, on ne réfléchit même pas", déplore-t-il, interrogé par l'AFP.

D'autres vagues de démissions étaient attendues dans l'après-midi, notamment à Marseille (64 praticiens) et Caen (36 praticiens), selon le Collectif Inter-Hôpitaux (CIH) à l'origine de ce mouvement inédit.

- "Poursuivre le mouvement" -

Cette contestation n'a pourtant pas surgi de nulle part. Dix mois après le début de la grève des services d'urgences, la crise s'est étendue à tout l'hôpital public, dont les personnels ont manifesté par milliers mi-novembre.

Pour calmer la tension, le gouvernement leur a promis des primes, une rallonge budgétaire et une reprise massive de dette.

Trop peu et trop tard pour de nombreux médecins, qui ont "alerté solennellement" Agnès Buzyn le mois dernier de leur intention de démissionner à défaut de réelles "négociations" sur les salaires et, plus largement, sur le "mode de financement" et la "gouvernance" du secteur.

Reçus le 17 janvier par la ministre de la Santé, les représentants du CIH n'ont "pas pu obtenir de réponses" à ces demandes et ont appelé "à poursuivre le mouvement pour un plan d'urgence digne de ce nom".

Dimanche, le collectif faisait état de 1.266 "engagements à démissionner", dont près de 200 mis à exécution la semaine dernière, à Rennes et Paris, mais aussi à Lyon, Orléans, Douai, Salon-de-Provence ou encore Dax.

Cette semaine, outre Caen et Marseille, des médecins de Brest, Nantes, Avignon, Annecy et Corbeil-Essonnes doivent passer à l'acte, puis d'autres "dans les prochains jours" à Grenoble, Toulouse, Limoges...

De quoi tenir jusqu'au vendredi 14 février, date d'une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations, également soutenue par le Collectif Inter-Urgences et l'ensemble des syndicats de la fonction publique hospitalière, dont la CGT, FO et la CFDT.

Le sujet est "plus que jamais à l'agenda", assure le cabinet de Mme Buzyn, dont "la priorité est à la mise en oeuvre des mesures annoncées". Deux nouvelles primes ont d'ailleurs été créées par décret vendredi, pour les soignants de la région parisienne et les aides-soignantes en gériatrie.

L'entretien avec le CIH mi-janvier montre que "le dialogue a été renoué", affirme l'entourage de la ministre, ajoutant que "rendez-vous a été pris" puisqu'il a été à cette occasion "convenu de se revoir sous deux mois", soit d'ici mi-mars.

burs-vid-gbh/cel/nm

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.