Accéder au contenu principal

Un homme armé d'un couteau blesse un gendarme en Moselle, la piste terroriste n'est pas exclue

Les abords de la gendarmerie de Dieuze, en Moselle, après une attaque au couteau survenue le 3 février 2020.
Les abords de la gendarmerie de Dieuze, en Moselle, après une attaque au couteau survenue le 3 février 2020. © Jean-Christophe Verhaegen, AFP

Un homme armé d'un couteau a été blessé par balles, lundi, en Moselle, après avoir attaqué un gendarme qu'il a blessé à la main. Les premiers éléments de l'enquête doivent déterminer s'il s'agit d'une affaire de droit commun ou d'une attaque à caractère terroriste.

Publicité

Un homme se réclamant de l'organisation État islamique et armé d'un couteau a été blessé par balles lundi 3 février en Moselle après s'être attaqué à un gendarme qu'il a blessé à la main, a déclaré un porte-parole de la Gendarmerie nationale.

La Gendarmerie nationale a confirmé qu'"un homme en tenue civile a brandi une arme blanche dans la gendarmerie de Dieuze". L'agresseur "a blessé à la main un gendarme qui a riposté d'abord avec sa bombe lacrymogène puis a fait usage de son arme à deux reprises", a-t-elle précisé. L'homme, "blessé à l'abdomen", a été transporté à l'hôpital de Mercy, dans la banlieue de Metz, son "pronostic" étant "ignoré".

Selon le procureur de Metz, Christian Mercuri, qui s'est adressé à la presse, un homme avait auparavant appelé la gendarmerie. "Il faut mettre en rapport les faits avec un appel reçu par le centre opérationnel de la gendarmerie peu avant dans lequel un individu a déclaré qu’il était militaire, qu’il allait y avoir un carnage à Dieuze et qu’il se revendiquait de l’État islamique", a-t-il déclaré.

Les faits se sont déroulés vers 15 h 30 au sein de la gendarmerie de cette commune de 3 000 habitants située dans l'est du département.

"Sang-froid" et "professionnalisme"

Les premières investigations doivent déterminer s'il s'agit d'une affaire "de droit commun ou d'une attaque à caractère terroriste", a indiqué pour sa part la gendarmerie locale, confirmant avoir "essuyé une tentative d'agression".

Le Parquet national antiterroriste (PNAT) ne s'est pas saisi de l'affaire pour le moment, a-t-on appris de source judiciaire. L'individu n'est pas connu des services de lutte contre le terrorisme.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a salué sur Twitter "le sang-froid, le professionnalisme et la réactivité des forces de @Gendarmerie qui sont intervenues pour appréhender l’auteur de l’agression commise dans l'enceinte de la caserne de Dieuze".

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.