Ligue 1: en souffrance, Monaco gagne enfin en 2020

3 mn
Publicité

Monaco (AFP)

Grâce à un superbe but de Stevan Jovetic et malgré la souffrance, Monaco et son entraîneur Robert Moreno ont enfin remporté un match en L1 en 2020, contre Angers (1-0) mardi lors de la 23e journée.

Après avoir récolté un petit point en trois rencontres de championnat depuis le début de l'année, Monaco a sonné le réveil. Sans encaisser qui plus est! Une autre première pour Moreno.

Il serait pourtant bien osé de s'avancer à dire que cette équipe va mieux, tant la deuxième période a été compliquée...

Toutefois, avant le déplacement de samedi à Amiens, la remontée au classement peut s'enclencher. L'équipe de la Principauté compte désormais 32 points, soit huit de moins que le 3e du classement, Rennes, défait à Lille (1-0) ce mardi soir.

Si le but monégasque, splendide, est arrivé assez rapidement, cette victoire a été très compliquée à construire pour les hommes de Moreno.

Afin de déstabiliser Angers, qui venait d'en prendre quatre à domicile contre Reims (4-1), Moreno a décidé de mettre en place un "4-4-2 en rombo", comme on dit en Espagne. C'est-à-dire en losange, avec un N.10, Cesc Fabregas, en soutien de deux attaquants, Wissam Ben Yedder et Stevan Jovetic.

- Jovetic, homme du moment -

Et le Monténégrin, déjà buteur contre Strasbourg (1-3) lors du dernier match monégasque à domicile en L1, a été rapidement décisif.

Entre Ismaël Traoré et Mateo Pavlovic, peu concernés par son marquage, il a repris, d'une tête renversée lobée, une belle ouverture de Youssouf Fofana. Danijel Petkovic, avancé, a été implacablement battu (1-0, 18e).

Jusqu'à la pause, rien ne s'est ensuite réellement passé. Seul Pierrick Capelle, de la tête, a obligé Benjamin Lecomte à une belle claquette (45e+1).

Cette opportunité a cependant préfiguré la seconde période. Angers s'est mis à dominer un Monaco fébrile. Fabregas a laissé sa place à Aurien Touchameni. L'ASM est alors passée en 4-4-2 à plat, prête à défendre et contrer.

Elle a beaucoup défendu. Elle a aussi laissé Capelle (65e) puis Santamaria (74e) s'offrir des balles de but. Mais ils n'ont pas cadré. Elle a peu contré, pour ne pas dire jamais. Islam Slimani est lui resté sur le banc.

Mais l'essentiel a été sauvé pour Moreno. Dans une grande souffrance, son équipe a enfin gagné un match de L1. Et, paradoxalement, elle peut encore rêver de retrouver le haut du classement.